Action démocratique indépendante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ADI.

Action démocratique indépendante
Image illustrative de l’article Action démocratique indépendante
Logotype officiel.
Présentation
Fondation 1994
Secrétaire général Lévy Nazaré
Idéologie Centre droit
Couleurs      Jaune
Site web adidigital.com
Présidents de groupe
Assemblée nationale Idalécio Augusto Quaresma (ADI)
Représentation
Députés
25 / 55
Variante du logotype de l'Action.

L'Action démocratique indépendante (portugais : Acção Democrática Independente, abrégé en ADI) est un parti politique de Sao Tomé-et-Principe. Créé en 1994 par le président Miguel Trovoada, c'est un parti classé politiquement au centre droit.

Historique

L'Action démocratique indépendante est fondée en 1992 par le conseiller politique du président Miguel Trovoada, mais enregistrée officiellement dans ans plus tard. Les premières élections auquel l'ADI prend part sont les élections municipales de 1992[1].

En 2000, le parti co-créé l'alliance électorale Plateforme démocratique, avec le Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion, la Coalition démocratique de l'opposition, l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (en) et le Parti populaire du progrès (en)[1]. L'ADI prend part à l'élection présidentielle du , où son candidat, Fradique de Menezes, est élu président de la République avec 55,2 % des suffrages. Après les élections, de Menezes, en conflit avec Trovoada[1], rejoint un nouveau parti, le Mouvement pour les forces de changement démocratique - Parti libéral (MDFM-PL). Lors des élections législatives du 3 mars 2002, l'Action démocratique indépendante est le principal parti de l'alliance Uê Kédadji, qui a gagné 16,2 % des voix et 8 sièges sur 55 (dont cinq obtenus par des membres de l'ADI[2]). Il quitte cette alliance et gagne 11 sièges sur 55 aux élections de 2006.

En 2005, le secrétaire général de l'ADI, Carlos Neves, et plusieurs autres membres du parti opposés à ce que le parti soit dirigé par Patrice Trovoada[1] (dont Gabriel Costa, Premier ministre en 2002 et entre 2012 et 2014), quittent l'Action démocratique indépendante pour former l'Union des démocrates pour la citoyenneté et le développement[3].

Lors de l'élection présidentielle de juillet 2006, son président, Patrice Trovoada, fils de l'ancien chef de l'État Miguel Trovoada, participe comme le seul principal candidat de l'opposition, mais il a été battu par Menezes. Trovoada est nommé Premier ministre en février 2008, mais le 20 mai 2008, il perd le vote de confiance proposé par le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe - Parti social-démocrate (MLSTP-PSD) et en juin, Menezes demande au MLSTP-PSD de former un nouveau gouvernement[4]. L'ADI a dénoncé la désignation par Menezes du MLSTP-PSD pour former un gouvernement, qualifiant cela d'inconstitutionnel au motif qu'il était trop tard dans la législature pour le faire. L'affaire a été portée devant le Tribunal suprême de justice[5].

Aux élections municipales de 2014, l'Action démocratique indépendante remporte les six districts[6]. Aux législatives de la même année, l'ADI obtient la majorité absolue avec 33 sièges sur 55, et Patrice Trovoada est nommé à nouveau chef du gouvernement. Lors de l'élection présidentielle de 2016, c'est Evaristo Carvalho, membre de l'ADI, qui est élu au second tour, seul candidat après le boycott du président-candidat Manuel Pinto da Costa.

Après les élections législatives d', l'Action démocratique indépendante perd sa majorité absolue, mais obtient tout de même une majorité relative avec 25 sièges sur 55. Cependant, l'alliance de l'opposition entre le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe et la coalition Parti de convergence démocratique-Union MDFM-UDD la surpasse en nombre d'élus[7] et demande un gouvernement avec Jorge Bom Jesus, le leader du MLSTP-PSD, à sa tête[8]. De son côté, l'ADI peine à trouver un candidat pour ce poste. Trovoada annonce début novembre ne pas se représenter pour un nouveau mandat[9] et propose Olinto Daio, le ministre de l'Éducation en place, pour lui succéder. Ce dernier refuse, critiquant le fait que les « valeurs » de Sao Tomé-et-Principe « ne sont pas présentes » dans cette proposition de gouvernement[10]. Le nom de João Álvaro Sobrinho, ancien ministre de l'Éducation, est alors proposé[11] par la commission politique du parti, en désaccord avec son président[12]. Le , Bom Jesus est finalement annoncé comme nouveau Premier ministre du pays[13]. Le choix de Sobrinho, associé à d'autres conflits internes, signe le départ de Patrice Trovoada de la présidence du parti[12].

Résultats électoraux

Élections présidentielles

Année Candidat 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Rang
1996 Miguel Trovoada 15 334 41,40 1er 35 112 52,70 1er
2001 Fradique de Menezes 25 896 55,18 1er -
2006 Patrice Trovoada 34 522 38,80 2e -
2011 Evaristo Carvalho 13 125 21,79 2e 31 287 47,12 2d
2016 Evaristo Carvalho 34 522 49,88 1er 42 058 100 1er

Élections législatives

Année Résultats Sièges Rang Gouvernement
Voix %
1994 6 660 26,27
14 / 55
2e
1998 8 222 28,30
16 / 55
2e
2002 6 398 16,20
5 / 55
3e Opposition
(coalition Uê Kédadji)
2006 10 678 20,50
11 / 55
3e Opposition
Majorité gouvernementale
Opposition
2010 29 588 43,13
26 / 55
1er Majorité gouvernementale
Opposition
2014 35 267 52,58
33 / 55
1er Majorité gouvernementale
2018 32 805 41,81
25 / 55
1er

Élections municipales

Année Résultats Sièges Rang
Voix %
2014 31 869
33 / 54
1er
2018 29 198
30 / 63

Élections régionales

Année Résultats Sièges Rang
Voix %
2014 380 11,7
0 / 7
3e

Notes et références

  1. a b c et d (en) Tom Lansford, Political Handbook of the World 2015, CQ Press (en), , 1888 p. (ISBN 978-1-4833-7157-3, lire en ligne).
  2. (en) Europa Publications, Africa South of the Sahara 2004, Routledge, , 1360 p. (ISBN 978-1-8574-3183-4, lire en ligne), p. 908.
  3. (en) Gerhard Seiber, Comrades, Clients and Cousins: Colonialism, Socialism and Democratization in Sao Tome and Principe, Brill, , 615 p. (lire en ligne), p. 457.
  4. "Líder da oposição em São Tomé Príncipe designado primeiro-ministro", Panapress, June 12, 2008 (Portuguese).
  5. "Partido de PM destituído contra nomeação de novo Governo são-tomense", Panapress, June 16, 2008 (Portuguese).
  6. Edson Costa, « Sao Tomé-et-Principe », sur Année francophone internationale, 2016-2017 (consulté le 24 août 2018).
  7. Michael Pauron, « São Tomé-et-Príncipe – Patrice Trovoada : « À l'ADI, nous avons péché par excès de confiance » », sur Jeune Afrique, (consulté le 30 novembre 2018).
  8. (pt) Ricardo Neto, « Jorge Bom Jesus manifesta-se “altamente confiante” nos resultados das eleições », sur STP-Press, (consulté le 8 octobre 2018).
  9. (pt) « Patrice Trovoada: Não irei chefiar o próximo governoe », sur Radio France internationale, (consulté le 24 novembre 2018).
  10. (pt) Óscar Medeiros, « Olinto Daio recusa convite da ADI para formar Governo em São Tomé e Príncipe », sur VOA Portugues, (consulté le 30 novembre 2018).
  11. (pt) Victor Carvalho, « ADI apresenta João Álvaro Santiago para liderar o Governo », sur Jornal de Angola, (consulté le 30 novembre 2018).
  12. a et b (pt) « ADI em convulsão - Patrice distancia-se e suspende as suas funções », sur Téla Nón, (consulté le 30 novembre 2018).
  13. (pt) « São Tomé e Príncipe: Jorge Bom Jesus toma posse segunda feira », sur Radio France internationale, (consulté le 30 novembre 2018).

Voir aussi

Article connexe

Lien externe