Wikipédia:Lumière sur/Novembre 2005

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Programme du mois

1er et 2 novembre 2005

Hans Holbein the Younger - The Ambassadors - Google Art Project.jpg

Les Ambassadeurs de Hans Holbein le Jeune (1533), actuellement à la National Gallery de Londres, est l’un des chefs-d’œuvre du peintre. Triplement important, par ses résonances historiques, par sa richesse symbolique et par son excellence plastique, il comporte un étrange objet au premier plan resté longtemps mystérieux.

Ce n’est qu’au XXe siècle qu’un historien de l’art, Jurgis Baltrusaitis, redécouvrira que cette forme qui occupe le premier plan de la toile, et que l’on nommait souvent « os de seiche », était en fait l’anamorphose d'un crâne humain.

Lire l’article

3 et 4 novembre 2005

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae).

La baleine à bosse (Megaptera novaeangliae), mégaptère ou jubarte est une espèce de baleines à fanons (ou mysticètes). C’est un mammifère cétacé de grande taille : les adultes atteignent habituellement 13 à 14 mètres de long et pèsent en moyenne 25 tonnes. La baleine à bosse effectue des sauts spectaculaires hors de l’eau, possède de longues nageoires pectorales et son chant est très élaboré. Elle vit dans les océans et les mers du monde entier. Elle est un sujet privilégié pour le tourisme d’observation des baleines (whale-watching).

5 et 6 novembre 2005

Tutanchamun Maske.jpg

L'image que le grand public a des pharaons sort tout droit des péplums hollywoodiens des années soixante. Dans ces films, le pharaon incarne un roi tout puissant qui gouverne sans partage, ordonne à une cohorte de serviteurs et fait travailler des esclaves pour construire des monuments à sa gloire (comme dans Les Dix Commandements de Cecil B. De Mille en 1956).

Mais même si parfois les pharaons ont pu se comporter en despotes, on estime que dans leur majorité ils étaient bien loin de ce sombre tableau. Les 3000 ans d'histoire de l'institution pharaonique ont vu défiler sur le trône d'Égypte des hommes (et des femmes) aux aspirations bien différentes. Des mystérieux rois bâtisseurs des grandes pyramides de Gizeh, en passant par le pharaon poète Akhénaton ou le légendaire Ramsès II, c'est toute une palette d'individus aux caractères bien différents qui ont laissé leur empreinte dans l'histoire.

Lire l'article

7 et 8 novembre 2005

La Liberté guidant le peuple, Delacroix

La liberté est une notion qui désigne d'une manière négative l'absence de soumission, de servitude et de détermination, c'est-à-dire qu'elle est une notion qui qualifie l'indépendance de l'être humain. D'une manière positive, elle désigne l'autonomie et la spontanéité d'un sujet rationnel, c'est-à-dire qu'elle qualifie les comportements humains volontaires et en constitue la condition.

Cette notion est à la fois conçue comme une valeur abstraite et normative de l'action humaine et comme une réalité concrète et vécue. Ces deux perspectives se recoupent de diverses manières et peuvent provoquer des erreurs de catégories. Il existe ainsi de nombreuses confusions possibles à propos du terme de liberté. Il faut donc prendre soin de distinguer les différents sens de ce mot.

Lire l'article

9 et 10 novembre 2005

Bien que le dieu nordique Freyr soit la divinité de prédilection de Hrafnkell, la saga contient finalement assez peu d’éléments surnaturels.

La saga de Hrafnkell, prêtre de Freyr (Hrafnkels saga Freysgoða en islandais) est une saga islandaise du Xe siècle retraçant l’affrontement de chefs de clans dans l’est de l’île. Le héros éponyme de l’œuvre, Hrafnkell, se taille une solide réputation de duelliste et voue une adoration toute particulière au dieu Freyr. Une succession de défaites et d’humiliations, ainsi que la destruction de son temple vont toutefois lui faire perdre la foi et l’orienter vers l’athéisme. Sa personnalité s’en trouve modifiée, et le héros apprend à interagir de manière pacifique avec autrui. Ayant ainsi gagné progressivement la confiance de nouveaux compagnons, il parvient à prendre sa revanche sur ses ennemis, et finit sa vie en chef puissant et respecté.

La morale pragmatique du récit est donc que la vraie source du pouvoir ne réside pas tant dans la foi divine que dans la loyauté et le respect de ses propres subordonnés. Le récit permet de comprendre les principes d’équité et de respect, fondateurs de la plus ancienne démocratie du monde moderne.

Lire la suite

11 et 12 novembre 2005

Construire un pont entre deux rives qui s'écartent de 8 mm par an à cause de failles sismiques actives, avec une profondeur d'eau exceptionnelle, sur des sols sous-marins instables ne permettant pas d'envisager de fondations classiques, avec des vents violents et un risque de collisions de pétroliers géants... Autant de défis pris individuellement qui sont déjà difficiles à relever, mais qui pris simultanément relèvent de l’impossible.

Ce sont pourtant les difficultés qu’il a fallu surmonter pour construire le pont Rion-Antirion qui enjambe le golfe de Corinthe en Grèce. De ce fait ce pont à haubans détient aujourd’hui de multiples records : la deuxième plus grande longueur de tablier suspendu par haubanage au monde, la pile avec la plus grande hauteur immergée (63,5 mètres), les appuis de piles les plus gros jamais réalisés (une embase de 90 mètres de diamètre), les joints de chaussée avec le plus grand souffle au monde et enfin les amortisseurs les plus gros.

Lire l'article...

13 et 14 novembre 2005

SaabCockpitWindoView.JPG

Les instruments de vol servent à présenter au pilote toutes les informations qui lui sont utiles au maintien en vol de son avion, à sa navigation, à ses communications avec les organismes de la circulation aérienne et lui permettent d’interagir avec son avion.

Ils sont regroupés sur le tableau de bord aussi près que possible du pilote. Les quatre instruments de base sont toujours disposés de la même façon (en configuration de T basique) : l'horizon artificiel au centre, l'anémomètre à sa gauche, l'altimètre à sa droite, le gyro directionnel ou plateau de route en dessous. Cette disposition permet d'optimiser le circuit visuel au cours du vol. La disposition des autres instruments est relativement standard mais varie d'un avion à l'autre. Avec la généralisation des écrans rassemblant toutes les informations du T de base sur une seule surface de visualisation, les instruments conventionnels ne sont conservés sur les planches de bord équipées d'écrans qu'à titre d'instruments de secours pour pallier une éventuelle défaillance des systèmes électroniques.

Lire l'article

15 et 16 novembre 2005

tissu en lin de la Mer morte

La datation au carbone 14 est une méthode de datation radioactive basée sur la mesure de l'activité radiologique du carbone 14 contenu dans de la matière organique dont on souhaite connaître l'âge absolu depuis sa mort. Elle a été inventée par Willard Frank Libby en 1939.

Lire la suite

17 et 18 novembre 2005

Drapeau du Québec

Le Québec est une province francophone de l'est du Canada, bordée à l'ouest par la province de l'Ontario et la Baie d'Hudson, au nord par le détroit d'Hudson et la baie d'Ungava, à l'est par les provinces de Terre-Neuve-et-Labrador et du Nouveau-Brunswick et au sud par les États-Unis (Maine, New Hampshire, Vermont, New York).

Le Québec a un territoire d’une superficie de 1 667 441 km2 (soit 3 fois la France, 7 fois la Grande-Bretagne et 40 fois la Suisse). La densité de sa population est très faible, avec 4,9 habitants par kilomètre carré, mais le nord du Québec étant très peu peuplé, 80 % de la population québécoise vit près des rives du fleuve Saint-Laurent. La population compte 7 669 100 habitants, dont 83 % sont de langue française, faisant du Québec le seul territoire où le français est majoritaire en Amérique du Nord (hormis l'archipel français de Saint-Pierre-et-Miquelon). Le Québec compte également 8 % d'anglophones, ainsi que 9 % d'allophones, c'est-à-dire de citoyens dont la langue maternelle n'est ni le français, ni l'anglais.

La ville de Québec, la capitale, surnommée « Vieille Capitale » puisqu'elle a déjà été la capitale du Canada, est sa seconde ville en importance. Comptant près de la moitié de la population, la principale agglomération de la province se trouve dans la région du Grand Montréal (surnommée la « Métropole »).

La Fête nationale du Québec est célébrée annuellement le 24 juin.

19 et 20 novembre 2005

Lingots d’or

L’or est un élément chimique de symbole Au et de numéro atomique 79. C’est un métal de transition jaune brillant, très ductile et malléable. L’or est un métal noble : il est pauvre en électrons disponibles pour former des liaisons chimiques, dits électrons de valence.

L’or se trouve à l'état natif sous forme de pépites ou d’alluvions fluviatiles. En 1995, les réserves d'or dans les banques du monde entier étaient estimées à 910 millions d'onces, ce qui représente un cube d'environ 12 mètres de côté.

L’art du travail de l'or est l’orfèvrerie.


21 et 22 novembre 2005

Constitution sceau.jpg

L’article 49 de la Constitution de 1958 fait partie du Titre V : Des rapports entre le Parlement et le Gouvernement (articles 34 à 51). Il organise la responsabilité politique du Gouvernement devant le parlement. En cela, il donne à la constitution, dont la nature est discutée, un des traits principaux du régime parlementaire. Il s'agit cependant d'un parlementarisme fortement rationalisé, c’est-à-dire cherchant à assurer la stabilité du gouvernement. Il réutilise en les renforçant des éléments déjà présents sous la IVe République et introduit par son alinéa 3 une disposition originale, sans équivalent dans des constitutions antérieures ou à l'étranger, et fournissant une arme très puissante au Gouvernement. Ces dispositions visent à apporter au pays la stabilité gouvernementale qui lui faisait défaut en protégeant le gouvernement de majorités de circonstance qui défaisaient les gouvernements au gré des alliances, tout en étant incapables de proposer une alternative.

L'article constitue un des éléments forts pour permettre d'éviter les crises ministérielles, telles que la France les a connues sous la IVe République. Il organise : l'engagement de responsabilité sur un programme (dite aussi « question de confiance ») à l'initiative du gouvernement ; la motion de censure à l'initiative de l'Assemblée nationale ; l'engagement de responsabilité sur un texte, le point le plus original, qui permet au gouvernement de forcer l'adoption d'un texte, sauf si l'Assemblée est prête à le renverser ; et la possibilité enfin pour le gouvernement de demander l'approbation de sa politique par le Sénat, cette dernière ou son refus éventuel étant dépourvue d'effets juridiques.

23 et 24 novembre 2005

Extrait de l'écriture du manuscrit de Voynich

Le manuscrit de Voynich est un livre ancien écrit à l'aide d'un alphabet inconnu, et dont le sujet reste également un mystère. Son contenu n'a pour l'instant pas été déchiffré. Selon les estimations les plus couramment admises, il aurait été écrit entre 1450 et 1520.

Le livre tire son nom d'un de ses anciens propriétaires, Wilfrid M. Voynich, qui l'acquit en 1912 auprès des Jésuites de Frascati, une ville près de Rome. En 1962, Hans Kraus fait une description du manuscrit sur son catalogue de vente.

Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque Beinecke de l’université Yale. D'après les travaux récents de Gordon Rugg, il pourrait s'agir d'une supercherie. Le mystère demeure entier quant à la nature exacte de ce manuscrit puisque les thèses les plus diverses s'affrontent.

L'intégralité du manuscrit a été publiée pour la première fois par un éditeur français, Jean-Claude Gawsewitch, en octobre 2005.

1rightarrow.png Lire l'article

25 et 26 novembre 2005

Dactylosphaera vitifolii 1 meyers 1888 v13 p621.png

Le terme de phylloxéra désigne, d'une part un minuscule insecte homoptère, sorte de puceron ravageur de la vigne, et, d'autre part la maladie de la vigne causée par cet insecte. Le phylloxéra, originaire de l'Est des États-Unis, a provoqué une grave crise du vignoble européen à partir de 1863. Il a fallu plus de 30 ans pour la surmonter, en utilisant des porte-greffes issus de plants américains, naturellement résistants au phylloxéra.

Lire l'article

27 et 28 novembre 2005

E caduc.svg

L’e caduc (ou muet, instable voire, dans des ouvrages anciens, féminin ou encore sombre) français est une voyelle virtuelle en ce sens qu'elle peut ou non se manifester dans un mot, selon son environnement (cas de sandhi), selon l'« accent » du locuteur, le registre de langue adopté, entre autres.

29 et 30 novembre 2005

Behn Oroonoko title page.1688.jpg

Oronoko, ou Oroonoko dans sa version originale anglaise, est un bref roman écrit par Aphra Behn et publié en 1688. L’ouvrage, dont le héros est un Africain réduit en esclavage au Suriname dans les années 1660, a trait à une histoire d’amour tragique et s’inspire des nombreuses expériences vécues par l’auteur elle-même dans les colonies sud-américaines. Il a été souvent affirmé, notamment par Virginia Woolf, qu’Aphra Behn fut la première vraie femme de lettres de la littérature anglaise. Sans que cela soit entièrement vrai, il semble néanmoins incontestable qu’elle fut la première femme à exercer professionnellement ses activités d’auteur dramatique et de romancière. Oronoko fait partie à ce titre des plus anciens romans écrits en langue anglaise, et occupe une place de choix dans la littérature de la Restauration anglaise.