Wikipédia:Lumière sur/Août 2015

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Principe

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique.

Deux principes sont à retenir :

  • Les articles présentés dans les différents cadres sont ceux qui ont d’ores et déjà été promus aux labels « Articles de qualité » et « Bon article ».
  • Il convient d’éviter de mettre plus de 400 mots (200 mots chacun pour les Lumière sur paraissant en duo, typiquement pour les articles promus BA) dans les cadres afin de maintenir l’équilibre des colonnes sur la page d’accueil, où ces cadres sont transclus. Si nécessaire, ajoutez à la fin le code {{Clr}} afin d’éviter que l’éventuelle image ne déborde du cadre.

Programme du mois

Samedi 1er août 2015

Carte topographique du massif de la Chartreuse.

Le massif de la Chartreuse est un massif montagneux des Préalpes, à la limite des départements français de l'Isère et dans une moindre mesure de la Savoie. Il culmine à 2 082 mètres d'altitude à Chamechaude. Il est constitué essentiellement de calcaires disposés en successions d'anticlinaux et de synclinaux formant de longues lignes de crêtes orientées du nord au sud. Les dépressions, au fond desquelles coulent le Guiers et ses affluents, sont séparées par des cols. Le massif, soumis à un climat océanique montagnard, connaît des précipitations relativement importantes mais l'eau est absente de la surface ; elle s'écoule rapidement dans les réseaux karstiques creusés dans le calcaire.

Le massif a été façonné au cours de son histoire par la présence, depuis le XIe siècle, de l'ordre des Chartreux qui a fondé le monastère de la Grande Chartreuse et contribué à modeler le paysage en développant une économie d'élevage, un début d'industrie et des voies de circulation. L'ouverture du massif par le biais de routes lui apporte, au XXe siècle, un essor économique : l'agriculture se spécialise et la sylviculture se développe.

Durant la saison hivernale, l'enneigement permet de faire fonctionner de petites stations de ski. Au cours de la haute saison, l'activité principale en plein air est la randonnée pédestre ; les parois offrent également la possibilité de pratiquer l'escalade, alors que les nombreuses cavités attirent les spéléologues. La création du parc naturel régional de Chartreuse a permis de dynamiser le tourisme, de valoriser le patrimoine culturel, tout en préservant l'environnement grâce à la gestion du territoire. Il est complété par la réserve naturelle nationale des Hauts de Chartreuse afin de préserver la biodiversité. Le milieu naturel se partage entre les forêts de feuillus et de conifères, les espaces herbacés, les falaises et de rares zones humides en périphérie du massif, abritant de nombreuses espèces protégées.

Dimanche 2 août 2015

Vue du village, parmi les arbres.

Clairegoutte est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Peuplée par 390 habitants en 2014, la commune est située dans une région particulièrement vallonnée, les Vosges saônoises. Son altitude varie de 305 mètres au centre-ville à 589 mètres.

Le village prend place dans un espace rustique, dominé par la forêt du Chérimont qui couvre plus de la moitié de son territoire. Sa ruralité est contrebalancée par un réseau routier dense facilitant les déplacements vers les villes voisines, permettant à plus de 85 % des Clairegouttois de travailler hors de la commune, située au carrefour des trois départements de la Haute-Saône, du Doubs et du Territoire de Belfort.

Fondée durant le Moyen Âge, Clairegoutte a été marquée par le protestantisme, courant fortement présent dans le pays de Montbéliard. Un bénéfique XVIIIe siècle et l'influence de l'exploitation des houillères proches pendant les deux siècles suivants firent de Clairegoutte un centre artisanal prospère dont plusieurs demeures témoignent encore. Le village possède un cœur historique à l'architecture originale et préservée, dont deux ensembles inscrits au patrimoine historique ; un lotissement a été construit en périphérie.

Lundi 3 août 2015

Henry Fielding.

Henry Fielding, né le à Sharpham Park près de Glastonbury, Somerset, Angleterre et mort à Lisbonne le , est un dramaturge, poète, essayiste et romancier anglais.

Fielding fréquente le Collège d'Eton puis l'université de Leyde aux Pays-Bas comme étudiant en lettres. Pendant de longues années, il se consacre au théâtre et ses pièces font bientôt de lui l'un des dramaturges les plus célèbres de la capitale. C'est seulement en 1741 qu'il entre en fiction avec Shamela, parodie du très populaire Paméla ou la Vertu récompensée (1740-1741) de Richardson, puis avec Joseph Andrews. Le sommet de son œuvre est sans doute atteint avec L'Histoire de Tom Jones, enfant trouvé.

L'ironie est souveraine chez Fielding, en harmonie avec l'époque, l'âge d'or du genre. Ce style bien particulier, parfois appelé « oblique », vise autant l'auteur que son narrateur, ses lecteurs et ses personnages. Tous les procédés techniques sont utilisés selon une savante rhétorique qu'appuie une solide érudition classique, encore que des erreurs de citations soient parfois commises, mais à dessein, pour mieux taquiner le lecteur inattentif quelques chapitres plus loin.

Il existe de multiples facettes à la personnalité de Fielding, à sa carrière, à son œuvre. Personnage important dans le Londres de la première moitié du XVIIIe siècle, tant par ses activités de magistrat que par ses publications, il n'a vécu que quarante-sept ans, a connu la misère et la gloire, le bonheur et le deuil, la calomnie et le panégyrique. Il a été attaqué, vilipendé, censuré et encensé, mais il a vécu avec la certitude que ses œuvres seraient reconnues par la postérité. De fait, Walter Scott l'a appelé « le père du roman anglais » (the father of the English novel), et selon Somerset Maugham, son Histoire de Tom Jones, enfant trouvé figure parmi les dix meilleurs romans jamais écrits ; de récents sondages conduits par The Guardian confirment cette faveur du public.

Mardi 4 août 2015

Vue de la face nord-ouest de la Grande Sure, depuis Saint-Jean-de-Moirans.

La Grande Sure est un sommet du département français de l'Isère s'élevant à 1 920 mètres d'altitude dans le massif de la Chartreuse, dans les Alpes, et dominant le Pays voironnais. Situé en bordure occidentale du massif, il est constitué de calcaires du Fontanil. Il peut être gravi par le versant oriental depuis le col de la Charmette en passant par le col de la Grande Vache ou depuis le col de la Placette par le versant occidental, qui présente cependant plus de dénivelé et des passages plus difficiles. La montagne fait partie du parc naturel régional de Chartreuse et d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique. Le chamois est notamment présent dans les parties abruptes, au-dessus de la limite des arbres.

Mercredi 5 août 2015

Stigand représenté sur la tapisserie de Bayeux.

Stigand est un ecclésiastique anglais mort le 21 ou le 22 février 1072. Il est archevêque de Cantorbéry de 1052 à 1070.

Issu d'une famille anglo-scandinave, Stigand entre au service du roi Knut le Grand en tant que chapelain de la fondation royale d'Ashingdon en 1020. Il joue ensuite un rôle de conseiller auprès du roi, puis de ses fils et successeurs. Sous le règne d'Édouard le Confesseur, Stigand semble devenir le principal responsable de l'administration du royaume. Il est nommé évêque d'Elmham en 1043, puis évêque de Winchester quatre ans plus tard. En 1052, il est choisi pour succéder à l'archevêque de Cantorbéry Robert de Jumièges, qui s'est enfui d'Angleterre. Comme son prédécesseur n'est pas mort, il ne bénéficie pas d'une légitimité incontestée, et plusieurs évêques anglais élus dans les années qui suivent préfèrent être sacrés par son homologue d'York, voire par le pape.

Ayant conservé le siège de Winchester en plus de celui de Cantorbéry, Stigand accumule au fil des ans une immense fortune personnelle : il est le troisième homme le plus riche d'Angleterre en 1066, après le roi Édouard et le comte Harold Godwinson. Cette année-là, il assiste aux derniers instants du roi, puis au couronnement de son successeur, Harold. Après la mort de ce dernier à la bataille d'Hastings en octobre, il se soumet à Guillaume le Conquérant. Le jour de Noël, il assiste au sacre de Guillaume, mais n'y officie pas : c'est l'archevêque d'York Ealdred qui couronne le nouveau roi.

En dépit de pressions croissantes, Stigand continue à apparaître à la cour et à consacrer des évêques pendant plus de trois ans. Il est déposé en 1070 par des légats pontificaux et emprisonné à Winchester, où il trouve la mort deux ans plus tard. Par la suite, les Normands noircissent volontiers son image pour justifier de la nécessité de réformer le clergé anglais.

Jeudi 6 août 2015

Gino Bartali pendant le Tour de France 1938.

Gino Bartali, né le à Ponte a Ema, près de Florence en Toscane, et mort le dans la même ville, est un coureur cycliste italien. Professionnel de 1935 à 1954, il est considéré comme l'un des meilleurs coureurs de tous les temps.

Excellent grimpeur, mais aussi capable de s'imposer au sprint, il remporte notamment trois Tours d'Italie, en 1936, 1937 et 1946, ainsi que deux Tours de France à dix ans d'intervalle, une performance jamais égalée, en 1938 et 1948. Il s'est adjugé sept fois le titre de meilleur grimpeur dans le Tour d'Italie et deux fois sur le Tour de France. Il compte également quatre victoires sur Milan-San Remo et trois sur le Tour de Lombardie, ainsi que des succès au classement général de courses à étapes renommées comme le Tour du Pays basque, le Tour de Romandie et le Tour de Suisse à deux reprises. Sa carrière a été marquée par sa rivalité avec Fausto Coppi, qui fut comme lui surnommé le « campionissimo ».

Profondément croyant, membre de l'Action catholique, « Gino le Pieux » a toujours refusé d'être un ambassadeur du fascisme. Proche du cardinal florentin Elia Dalla Costa, son activité de messager clandestin pendant la Seconde Guerre mondiale, sous couvert de sorties d'entraînement au cours desquelles il acheminait des faux papiers cachés dans le guidon ou la selle de son vélo, a permis de sauver de nombreux juifs. Il fut à ce titre reconnu comme « Juste parmi les nations » en septembre 2013 et son nom figure au mémorial de Yad Vashem.

Vendredi 7 août 2015

Antoine Dénériaz avec la médaille d'or de la descente des JO de Turin 2006.

Antoine Dénériaz, né le à Bonneville en Haute-Savoie, est un skieur alpin français spécialiste de la descente. Il fait ses débuts en coupe du monde en 1996 et remporte sa première épreuve en 2002 sur la piste de Val Gardena. Au cours de sa carrière, il est sacré champion olympique de descente lors des jeux d'hiver de Turin en 2006.

Antoine Dénériaz a pris 141 départs. Il compte trois victoires eet six podiums. Son meilleur résultat au classement général est une vingtième place obtenue en 2004. Il se place au sixième rang du classement spécifique de la descente en 2003 et au septième l'année suivante. Il a également remporté deux titres de champion de France de descente en 2003 et 2004.

Gravement blessé à Åre en mars 2006, trois semaines après son titre olympique, il ne parvient pas à retrouver son niveau et annonce en décembre 2007 sa retraite sportive, expliquant souffrir de l'impact psychologique de sa chute. Il entame sa reconversion en occupant le poste de consultant pour les épreuves de ski sur différentes chaînes françaises, obtient un diplôme en marketing international du sport et crée sa propre marque d’accessoires de ski en 2009.

Samedi 8 août 2015

L'entrée de la saline de Gouhenans.

Les houillères et saline de Gouhenans sont un ensemble de mines et d'usines situées dans l'est de la France, exploitant et transformant du sel gemme et de la pyrite de 1831 à 1945, ainsi que de la houille de 1828 à 1916, des ressources présentes au même étage géologique du bassin keupérien. Le gîte de houille est identifié dans les années 1770, il s'étend sous les communes de Gouhenans, Athesans et Villafans, dans le département de la Haute-Saône, en Bourgogne-Franche-Comté. C'est avec l'exploitation des charbonnages que le sel est découvert. L'exploitation du charbon sur place pour l'évaporation de la saumure permet à la compagnie de baisser le coût de revient su sel. Une usine chimique et une verrerie sont ajoutées à ce complexe industriel qui marque une période de prospérité pour Gouhenans. L'activité chimique devient la propriété du groupe Kuhlmann en 1927 et le reste jusqu'à la fermeture en 1955.

En 1847, l'exploitation du sel provoque un scandale impliquant des personnalités politiques de la monarchie de Juillet, le général Despans-Cubières et Jean-Baptiste Teste, pair de France et ministre d'État.

Des vestiges de ces industries (entrées de mines, terrils, voies ferrées, ruines, cité ouvrière, bâtiments reconvertis, cheminée d'usine, dépôt de lindane) subsistent au début du XXIe siècle. Le territoire reste marqué économiquement, socialement, paysagèrement, écologiquement et culturellement. Le sentier de randonnée intitulé « La Voie du Sel et du Charbon » est inauguré en 2009, pour mettre en valeur ce patrimoine industriel.

Dimanche 9 août 2015

Simon Wells, né en 1961 à Cambridge, est un réalisateur, scénariste et animateur britannique.

Attiré par le dessin, il désire devenir illustrateur. Toutefois, lors de ses études, ses professeurs lui conseillent de continuer dans l'animation. D'abord embauché par l'animateur Richard Williams, il a l'occasion de travailler sur le film Qui veut la peau de Roger Rabbit ?.

Remarqué, il intègre le studio Amblimation et réalise l'ensemble des films de cette branche d'Amblin Entertainment, dont une production tout seul. À la fermeture du studio, il est transféré à DreamWorks Animation, filiale de la nouvelle société DreamWorks SKG, et réalise, avec Brenda Chapman et Steve Hickner, Le Prince d'Égypte, qui est un succès. Il réalise également son unique film avec acteurs, La Machine à explorer le temps, adaptation du roman de son arrière-grand-père H. G. Wells.

Ensuite, Wells travaille dans l'ombre de diverses productions de DreamWorks au scénario, à l'animation ou encore comme consultant. Il retourne derrière la caméra, cette fois-ci pour Disney, avec Milo sur Mars, film dont il a écrit le scénario avec son épouse, Wendy. Toutefois, le film reçoit un accueil assez négatif de la critique ainsi que du public, et entraîne la perte de près de 110 millions de dollars ainsi que la fermeture d'Imagemovers Digital, la société de Robert Zemeckis, qui renaît néanmoins quelques mois plus tard.

Après cet échec, il revient à DreamWorks où il continue d'apporter son expérience à la production de longs métrages.

Lundi 10 août 2015

Patrick Tambay en octobre 1985.

Patrick Tambay, né le à Paris, est un pilote automobile français. Pilotant en Formule 1 de 1977 à 1986, Tambay participe à 114 Grands Prix, avec deux victoires.

Après une courte carrière en ski, Patrick Tambay fait ses débuts en sport automobile en 1972, marqués par sa victoire au Volant Elf. Il continue son ascension en monoplace, en étant sacré vice-champion de Formule Renault en 1973, ce qui lui permet d'intégrer la Formule 2, l'antichambre de la Formule 1. Vice-champion en 1975 et favori pour la saison suivante, il termine troisième en 1976, ce qui lui bouche un avenir direct en Formule 1.

Tambay s'exile donc aux États-Unis en 1977 pour le CanAm qu'il domine largement, remportant ainsi le championnat. Recruté par Theodore en Formule 1, il marque ses premiers points dans les dernières courses de la saison 1977. Impressionnée, la prestigieuse équipe McLaren recrute le Français. Toutefois, le niveau de l'équipe britannique décline, et Tambay ne décroche que quelques points en 1978 et aucun l'année suivante.

Sans volant pour la saison suivante, il réintègre le CanAm en 1980 et s'impose, ce qui lui permet de regagner de l'estime au sein du monde de la Formule 1. En 1981, il rejoint son ancienne équipe Theodore. Il marque un point avant de rejoindre Ligier, mais abandonne à chaque course. De nouveau sans volant, il revient en CanAm, mais ne participe qu'à une course. Il rejoint la Scuderia Ferrari, en remplacement de Gilles Villeneuve, décédé quelques semaines auparavant.

Le talent du pilote français explose lors de ses huit dernières courses de la saison 1982 : Tambay décroche ses premiers podiums et remporte son premier Grand Prix. Prolongé chez Ferrari pour la saison 1983, Tambay remporte son deuxième Grand Prix et décroche quatre autres podiums, ce qui lui permet de terminer quatrième du championnat. Il rejoint ensuite Renault et récolte trois podiums en deux saisons, sans pour autant retrouver la victoire. Il rejoint ensuite Haas Lola, mais n'atteint qu'une seule fois la cinquième place. Il arrête sa carrière en Formule 1, à l'âge de 37 ans.

Après cette carrière en Formule 1, il participe à plusieurs reprises aux 24 Heures du Mans et au Rallye Dakar, avant de devenir commentateur des Grands Prix de Formule 1, notamment pour RMC depuis 2002. Patrick Tambay se marie à deux reprises, il a trois enfants, dont Adrien Tambay, pilote automobile, en DTM depuis 2012. Il est également le parrain de Jacques Villeneuve, champion du monde de Formule 1 en 1997.

Mardi 11 août 2015

Compagnie départementale du Haut-Rhin pour la recherche de houille.

La compagnie départementale du Haut-Rhin pour la recherche de nouvelles mines de houille est une société minière anonyme qui a réalisé de nombreuses recherches entre 1822 et 1832 dans le bassin houiller stéphanien sous-vosgien, plus précisément dans le sud du Haut-Rhin dont une partie deviendra le Territoire de Belfort ainsi que dans le bassin houiller de la vallée de Villé, dans l'espoir de trouver une continuité au gisement de houille exploité dans les mines de Ronchamp depuis le milieu du XVIIIe siècle.

Les travaux sont souvent abandonnés avant d'atteindre le terrain houiller et offrent des résultats négatifs ou peu convaincants. Néanmoins, cette campagne de recherche permet de mieux connaitre le sous-sol du département et de conclure que les sources d'énergie doivent y être importées.

Mercredi 12 août 2015

Ealdred ou Aldred est un ecclésiastique anglo-saxon mort le 11 septembre 1069.

Après avoir été abbé de Tavistock, Ealdred est élu évêque de Worcester en 1046. À partir de 1056, il administre également le diocèse de Hereford après la mort de l'évêque Leofgar. Outre ses devoirs religieux, il est également un proche conseiller du roi Édouard le Confesseur et réalise plusieurs voyages diplomatiques pour son compte. Il participe également à la défense de ses diocèses contre les Gallois.

Ealdred est élu archevêque d'York à Noël 1060, mais il n'abandonne l'évêché de Worcester qu'en 1062. En tant qu'archevêque, il assure la construction et l'embellissement de plusieurs églises dans son diocèse et s'efforce de réformer son clergé. Lors de la crise de succession qui suit la mort d'Édouard le Confesseur en janvier 1066, il apporte son soutien à Harold Godwinson, et il est possible que ce soit lui qui l'ait couronné roi. Après la mort d'Harold à Hastings, il commence par rallier Edgar Ætheling avant de se soumettre à Guillaume le Conquérant, qu'il sacre le 25 décembre 1066 à Westminster.

Le nouveau roi reste méfiant à l'égard de la noblesse et du haut clergé anglo-saxons, et Ealdred fait partie de ceux qu'il ramène avec lui en Normandie en 1067 pour mieux les surveiller. Lorsque le Nord de l'Angleterre se révolte contre Guillaume en 1068, Ealdred lui reste fidèle. Il meurt l'année suivante, et le roi nomme un Normand, Thomas de Bayeux, pour lui succéder.

Jeudi 13 août 2015

Carte avec relief ombré des Pyrénées en français.

La frontière entre l'Espagne et la France est la frontière internationale terrestre et maritime séparant les deux pays, de l'Atlantique à la Méditerranée. Courant sur 623 kilomètres le long des Pyrénées, et interrompue par la principauté d'Andorre, c'est la plus longue frontière terrestre de la France métropolitaine.

Elle n’acquiert son acception de limite entre États qu’au XVIe siècle, à compter de l’avènement et de l’affrontement des monarchies des deux pays, c’est-à-dire sous les règnes de François Ier et de Charles Quint. Avant cette période, les Pyrénées ont vu passer les Celtes, les Carthaginois, les Romains, les Vandales, les Suèves, les Wisigoths, les Maures, les Francs et les Anglais, sans qu’une frontière militaire ou politique ne soit établie entre États.

Le premier acte mentionnant une frontière entre les deux royaumes date de 1659. Il est signé sur l’île des Faisans par le cardinal Mazarin et don Luis de Haro, au nom de leurs souverains respectifs ; plusieurs territoires sont alors échangés. Mais le bornage de la frontière demeure encore imprécis en de nombreux points, et les contestations et les heurts entre populations locales demeurent fréquents, au point que Napoléon III et Isabelle II font rédiger un nouveau traité, qui, par touches successives en 1856, 1862 et 1866, détermine le bornage connu aujourd’hui de la frontière terrestre entre l’Espagne et la France. Le traité de 1995 donne une nouvelle dimension à la frontière, permettant aux collectivités transfrontalières d’aborder des domaines tels que l'urbanisme, l’environnement, l’utilisation des infrastructures ou la gestion urbaine.

Les différents affrontements militaires qui émaillent l'histoire de la frontière ont laissé des fortifications visibles sur toute sa longueur, qui a été, au cours du XXe siècle un acteur de deux conflits majeurs, la guerre d'Espagne provoquant un exode frontalier vers le nord de quelques 450 000 Espagnols et la Seconde Guerre mondiale voyant nombre de Juifs fuyant le nazisme, aux côtés de soldats voulant rejoindre l'Angleterre ou l'Afrique du Nord.

Outre les particularités territoriales que constituent Andorre et l'île des Faisans, l'enclave espagnole de Llívia en territoire français et le pays Quint — propriété de l'Espagne, mais d'usufruit français —, sont les fruits de l'histoire. La frontière est aujourd'hui traversée par des voies internationales, essentiellement à ses extrémités, qu'elles soient routières ou ferroviaires, sans oublier les anciens chemins pastoraux ou des pèlerins de Saint-Jacques, empruntés également par les randonneurs.

La frontière est également un lieu d'échanges économiques traditionnels, dont les lies et passeries sont une survivance. Plus récents sont les groupements de coopération territoriale qui contribuent au développement transfrontalier du massif pyrénéen, à côté d'initiatives locales portant sur le développement de l’économie rurale, du tourisme et de la culture.

Vendredi 14 août 2015

Équipe de contre-la-montre par équipe lors du Brainwash Ladies Tour. De gauche à droite : van Dijk, Stevens, Teutenberg, Becker, Neben et Worrack.

La saison 2012 de l'équipe cycliste Specialized-Lululemon est la onzième saison de la structure professionnelle de cyclisme sur route féminin Specialized-Lululemon, connue de 2002 à 2007 sous le nom de T-Mobile. Après l'arrêt de l'équipe masculine HTC-Highroad, Kristy Scrymgeour convainc le fabricant de cycle Specialized et l'entreprise d'habillement sportif Lululemon Athletica de faire perdurer l'équipe féminine en cette année olympique. L'effectif connait peu de changements : Clara Hughes et Trixi Worrack sont les principales recrues, tandis que Judith Arndt, leader de l'équipe depuis 2006, rejoint GreenEdge-AIS. Les résultats de l'année sont dans l'ensemble très satisfaisants. Ina-Yoko Teutenberg remporte de nombreux sprints et termine quatrième de l'épreuve en ligne des Jeux Olympiques. Evelyn Stevens réalise une excellente saison en s'imposant lors de la Flèche wallonne, comptant pour la Coupe du monde, en remportant une étape de prestige du Tour d'Italie et en y montant sur le podium, puis en gagnant le classement général de la Route de France. Elle est quatrième du classement final UCI. L'équipe domine surtout lors des épreuves chronométrées grâce à Ellen van Dijk, Evelyn Stevens, Clara Hughes, Amber Neben, mais aussi Trixi Worrack voire Ina-Yoko Teutenberg. En contre-la-montre par équipe, le collectif est invaincu lors de la saison et remporte le premier championnat du monde de contre-la-montre par équipe de marques, objectif désigné de la saison. Au niveau des palmarès, l'équipe est deuxième au classement UCI et troisième de la Coupe du monde.

Samedi 15 août 2015

L'Attaque de Malakoff. Gravure de William Simpson (1855).

La guerre de Crimée opposa de 1853 à 1856 l'Empire russe à une coalition formée de l'Empire ottoman, de la France, du Royaume-Uni et du royaume de Sardaigne. Provoqué par l'expansionnisme russe et la crainte d'un effondrement de l'Empire ottoman, le conflit se déroula essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s'acheva par la défaite de la Russie formalisée par le traité de Paris de 1856.

À la fin du XVIIe siècle, l'Empire ottoman était entré dans une période de déclin et ses institutions militaires, politiques et économiques furent incapables de se réformer. Au cours de plusieurs conflits, il avait perdu tous ses territoires au nord de la mer Noire, dont la péninsule de Crimée, au profit de la Russie. Cette dernière cherchait par ailleurs à saper l'autorité de Constantinople en revendiquant le droit de protéger l'importante minorité orthodoxe vivant dans les provinces européennes de l'Empire ottoman. La France et le Royaume-Uni craignaient que l'Empire ne devienne un vassal de la Russie, ce qui aurait bouleversé l'équilibre des puissances en Europe.

Les tensions furent accrues par les disputes entre chrétiens occidentaux et orientaux pour le contrôle des lieux saints en Palestine. Les Russes utilisèrent ce prétexte pour exiger d'importantes concessions de la part des Ottomans mais ces derniers, soutenus par les puissances occidentales, refusèrent et la guerre éclata à l'automne 1853. Les Russes et les Ottomans s'affrontèrent dans le Caucase et dans le delta du Danube tandis que le refus de Saint-Pétersbourg d'évacuer les principautés danubiennes sous souveraineté ottomane provoqua l'entrée en guerre des Français et des Britanniques. Craignant une intervention autrichienne aux côtés des Alliés, le tsar Nicolas Ier ordonna l'évacuation des Balkans à l'été 1854. Désireux de réduire la puissance militaire russe dans la région pour l'empêcher de menacer à nouveau l'Empire ottoman, l'empereur français Napoléon III et le Premier ministre du Royaume-Uni Lord Palmerston décidèrent d'attaquer la base navale de Sébastopol où se trouvait la flotte russe de la mer Noire.

Après leur débarquement à Eupatoria le 14 septembre 1854, les forces alliées battirent les Russes lors de la bataille de l'Alma et commencèrent à assiéger la ville au début du mois d'octobre. Malgré leur optimisme initial, les Alliés se heurtèrent rapidement à la résistance acharnée des défenseurs et le front se couvrit de tranchées. Le climat et les défaillances de la logistique rendirent les conditions de vie des soldats dans les deux camps particulièrement difficiles ; le froid, la faim et les maladies firent des dizaines de milliers de victimes et tuèrent bien plus que les combats. Les Russes tentèrent à plusieurs reprises de briser l'encerclement de Sébastopol mais leurs tentatives à Balaklava, à Inkerman et à Tchernaïa furent repoussées tandis que les Alliés ne s'emparèrent des redoutes russes qu'au prix de lourdes pertes. Finalement, l'arrivée de renforts et l'épuisement des défenseurs permirent aux Français de s'emparer du bastion de Malakoff dominant la ville le 8 septembre 1855 ; les Russes évacuèrent Sébastopol le lendemain.

Les combats se poursuivirent pendant quelques mois avant la signature du traité de Paris le 30 mars 1856. Ce dernier mit fin au Concert européen issu du Congrès de Vienne de 1815 et consacra le retour de la France dans les affaires européennes mais ne résolut pas la question d'Orient à l'origine du conflit. La guerre de Crimée est parfois considérée comme la première « guerre moderne » du fait de l'utilisation de nouvelles technologies comme les bateaux à vapeur, le chemin de fer, les fusils à canon rayé, le télégraphe et la photographie.

Dimanche 16 août 2015

Cheval recueilli par une association de protection alors qu'il mourait de faim.

Le bien-être du cheval dépend des conditions de vie et d'utilisation acceptables pour cette espèce domestiquée, par opposition à toute mise en souffrance volontaire ou involontaire, que ce soit par le biais de coups, de mutilations, de négligences ou de soins mal adaptés. Les débats autour du bien-être et des maltraitances chez le cheval sont récents. Au XIXe siècle, alors que la mort de chevaux au travail est monnaie courante, une première vague de sensibilisation naît avec la Society for Prevention of Cruelty to Animals puis la parution du roman Black Beauty en Angleterre. La France suit le mouvement avec la création de la Ligue française pour la protection du cheval et la loi Grammont en 1850. Des préoccupations similaires touchent les États-Unis. Le débat s'intensifie et s'étend à tout l'occident au siècle suivant, en ce qui concerne l'utilisation du cheval pendant les guerres, la fin de sa présence dans les villes, son entraînement sportif, l'abattage ou encore ses conditions d'élevage et de détention. Les États-Unis ratifient le Horse protection act de 1970 pour mettre un terme au soring et au gingering. Au début du XXIe siècle éclatent de nouvelles polémiques à l'échelle mondiale, en particulier autour de l'entraînement en rollkur, de l'endurance et de la circulation des véhicules hippomobiles.

La notion de bien-être est complexe en ce qui concerne le cheval. Longtemps considéré comme incapable de ressentir la douleur dans le monde occidental, cet animal est très silencieux et il ne manifeste que peu de signes de son éventuel mal-être, ce qui en rend la détection particulièrement difficile. Sociable, le cheval a besoin de se dépenser et, dans la nature, passe la majeure partie de son temps à se nourrir. Il souffre des confinements prolongés en écurie, des isolements et de l'impossibilité de brouter.

La Fédération équestre internationale interdit désormais le barrage du cheval d'obstacles et le rollkur. Plusieurs pays, notamment la Suisse, ont adopté des lois pour protéger les chevaux. La coupe de la queue, les transports trop longs et les aides artificielles lors des compétitions de sports équestres ou hippiques font l'objet d'interdictions ou de limitations nationales ou européennes. Les transports vers les abattoirs sont réglementés. Dans le cadre d'une recherche accrue de bien-être pour le cheval, de nouvelles pratiques telles que l'équitation éthologique et la mise « pieds nus », ainsi que le refus de l'équitation, se sont développés. Elles laissent présager une préoccupation majeure pour le bien-être du cheval à l'avenir.

Lundi 17 août 2015

L'entrée du Simpsons Ride à l'Universal Studios Florida à Orlando, à l'effigie de Krusty le clown.

Krusty le clown, nom de scène de Herschel Schmoikel Pinchas Yerucham Krustofski, est un personnage fictif de la série télévisée d'animation Les Simpson. Il est doublé en version originale par Dan Castellaneta et en français par Michel Modo jusqu'à la dix-neuvième saison, par Gérard Rinaldi jusqu'à la vingt-deuxième et par Xavier Fagnon depuis. Au Québec, Marc Labrèche lui prête sa voix jusqu'en 2008Gilbert Lachance lui succède. Il apparaît pour la première fois dans le court métrage diffusé pendant le Tracey Ullman Show, le , The Krusty the Clown Show. Ce clown est l'animateur de l'émission de télévision préférée de Bart et Lisa, une combinaison de pitreries pour enfants et de dessins animés, dont Itchy et Scratchy. Krusty est toujours dépeint comme un fumeur toxicomane, cynique et déprimé, épuisé par une industrie du spectacle qu'il n'abandonne pourtant pas. Il est l'un des personnages les plus réguliers de la série en-dehors de la famille Simpson et il est l'objet principal de plusieurs épisodes, dont la plupart concernent également Bart.

Krusty est créé par le dessinateur Matt Groening et partiellement inspiré par Rusty Nails, un clown de télévision de la ville natale de Groening, Portland dans l'Oregon. Il est dessiné de manière à ressembler à Homer Simpson avec un maquillage de clown, dans le but premier de faire que Bart adore un clown de télévision qui ressemble à son propre père. Sa voix originale s'inspire de Bob Bell, qui interprétait Bozo le clown sur WGN-TV.

Mardi 18 août 2015

Vue du centre de Ronchamp et de son église derrières lesquels se trouvent une colline boisée d'où émerge le chevalement.

Ronchamp est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est le siège de la communauté de communes Rahin et Chérimont.

Peuplée par Erreur : pas de module habitants en Modèle:Données/Août 2015/évolution population, la commune est située dans une région particulièrement vallonnée, les Vosges saônoises. Son altitude varie de 353 mètres au centre-ville à 790 mètres en forêt d'Arobert. Elle est traversée par le Rahin ainsi que par deux autres cours d'eau de tailles plus modestes.

Le territoire de Ronchamp est occupée dé le IVe siècle av. J.-C. par une tribu gauloise. Les premières mention de la cité actuelle et de son château remonte au XIIIe siècle. Très marquée par la Seconde Guerre mondiale, Ronchamp a reçu la Croix de guerre 1939-1945.

Au cœur d'un modeste bassin minier, Ronchamp est connue pour son riche passé d'exploitation charbonnière et industriel, la houille ayant été exploitée du XVIIIe au XXe siècle, ce qui favorisa pleinement l'économie locale et créa ainsi un patrimoine architectural important. Onze puits ainsi qu'un musée consacré à la mine sont recensés à Ronchamp.

La commune est principalement connue pour la chapelle Notre-Dame-du-Haut qui est l'une des œuvres majeures de l'architecture sacrée du XXe siècle, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle est construite en béton de 1953 à 1955 par l'architecte franco-suisse Le Corbusier au sommet de la colline de Bourlémont.

Mercredi 19 août 2015

L'épreuve de football sur un timbre zambien.

Le football est un des vingt-trois sports officiels aux Jeux olympiques de 1988. Il n’y a pas de compétition féminine et la compétition masculine se déroule par une phase de groupes puis par des matchs à élimination directe (quarts de finale, demi-finales et finale) du 17 septembre au 1er octobre 1988. Les matchs sont joués dans six stades répartis dans cinq villes sud-coréennes. Le tournoi est organisé par la Korea Football Association (대한축구협회) ainsi que par le Comité olympique sud-coréen (대한체육회). Vingt-et-unième édition d’une épreuve de football lors de Jeux olympiques, il ne s’agit cependant que de la dix-neuvième à être reconnue par le CIO et la dix-septième par la FIFA.

Cette épreuve est limitée aux joueurs professionnels n'ayant jamais participé à une Coupe du monde pour l'Europe et l'Amérique du Sud, mais aucune restriction n'est faite pour les autres confédérations. Les Jeux olympiques de 1992, réservés aux moins de 23 ans, mettront fin à cette règle.

Quinze équipes se sont qualifiées par l'intermédiaire de plusieurs éliminatoires, la Corée du Sud étant automatiquement inscrite en tant que pays hôte. Le Mexique qui s'est qualifié durant les éliminatoires est disqualifié et est remplacé par le Guatemala. La France, tenante du titre, termine dernière de son groupe de qualification et ne participe pas aux Jeux olympiques. La Chine y prend part pour la première fois.

Durant la compétition, la Zambie surprend en battant l'Italie quatre buts à zéro et l'Australie se qualifie pour les quarts de finale. L'Union soviétique remporte son second titre olympique après 1956 en battant en finale le Brésil et son meilleur buteur Romário, qui inscrit sept buts durant la compétition. La médaille de bronze est remportée par l'Allemagne de l'Ouest, qui est récompensée au passage par le trophée du fair-play.

Il faut rappeler que le contexte de la Corée du Sud est, dans les années 1980, celui d'un des quatre dragons asiatiques, faisant partie des Nouveaux pays industrialisés (NPI) et en passe de devenir un pays développé dans les années 1990. Au même moment, le pays connaît un soulèvement d'un million de Sud-Coréens en juin 1987, qui a été violemment réprimé et qui va entraîner la fin de la dictature pour installer un pouvoir démocratique dans le pays.

Jeudi 20 août 2015

Vue de la cime principale (à gauche) et de la cime orientale (à droite) du Manaslu depuis le nord-est, à l'aube.

Le Manaslu (népalais : मनास्लु) est une montagne située au Népal, dans la chaîne de l'Himalaya. Avec une altitude de 8 163 mètres, il constitue le huitième plus haut sommet du monde.

Les Britanniques le représentent sur les cartes au milieu du XIXe siècle puis, à la suite de l'ouverture des frontières du Népal en 1950, ce sont les premiers à évaluer les difficultés de son relief pyramidal. Toutefois, le Japon lance cinq expéditions consécutives au cours de cette décennie et, le , Toshio Imanishi et le sherpa Gyalzen Norbu parviennent à atteindre son sommet par le versant nord-est, suivis de deux de leurs équipiers deux jours plus tard. Aucune autre expédition n'est lancée avant les années 1970. En 1971, une nouvelle expédition japonaise ouvre une voie le long de l'arête occidentale. L'Italien Reinhold Messner, au sein d'une expédition autrichienne, parvient au sommet sans apport artificiel d'oxygène et par la face sud-ouest en 1972. En 1974, une expédition féminine réussit la première ascension d'un sommet de plus de 8 000 mètres. L'ascension hivernale est réussie en 1984 par des Polonais. En tout, neuf voies sont ouvertes dans la montagne. Il est considéré comme l'un des 8 000 les plus dangereux.

Un circuit de grande randonnée long de 177 kilomètres a été développé autour de la montagne, au sein des territoires d'ethnies d'origine principalement tibétaine. Le bassin versant oriental de la montagne est protégé dans la zone de conservation du Manaslu qui a justement pour objectif de promouvoir l'écotourisme.

Vendredi 21 août 2015

Iwata à la Game Developers Conference de 2011.

Satoru Iwata (岩田 聡, Iwata Satoru?, né le et mort le ) est un développeur puis producteur de jeu vidéo et chef d'entreprise japonais, président de HAL Laboratory de 1993 à 2000 puis 4e président de la société de jeu vidéo Nintendo de 2002 à 2015.

Dès l'adolescence, il s'intéresse à la conception de jeux vidéo. Pendant ses études d'informatique à l'université de technologie de Tokyo, il devient employé à temps partiel de HAL Laboratory, qu'il rejoint à plein temps à la fin de ses études. Après avoir été président de cette société, il rejoint Nintendo comme chef de la planification en 2000 puis succède fin à Hiroshi Yamauchi au poste de président-directeur général de l'entreprise Nintendo, l'un des plus grand groupe de jeux vidéo au monde. Comme il l'avait fait avec HAL Laboratory, il sort la société nippone de ses difficultés financières et est à l'origine de deux consoles au concept novateur : la Nintendo DS et la Wii.

Grâce à une façon de diriger proche de ses employés et sa constante sympathie, il est considéré en 2007 et en 2008, comme l'un des meilleurs dirigeants d'entreprise au monde par The New York Times Magazine et par le magazine spécialisé dans la finance Barron's Magazine. Son salaire annuel s'établit en 2009 à 187 millions de yens, soit 1,7 million d'euros, ce qui est relativement très peu par rapport aux autres PDG dans le secteur du jeu vidéo. En crise de renouvellement au début des années 2010, Iwata divise à deux reprises son salaire pour réaliser des économies à Nintendo et garder de la motivation chez ses employés créatifs.

Il meurt le des suites de complications d'une tumeur, pourtant soignée un an plus tôt. Il laisse derrière lui un patrimoine vidéo-ludique, en ayant contribué à de nombreuses franchises phares de Nintendo, dont les séries Pokémon, Kirby, The Legend of Zelda ou encore Metroid. À la suite de l'annonce officielle du décès le , Nintendo met ses drapeaux en berne en signe de deuil. Plusieurs dizaines d'acteurs du jeu vidéo rendent également hommage à Iwata, en exprimant leur tristesse face à la perte d'un membre incontournable de l'industrie du jeu vidéo.

Samedi 22 août 2015

Deux sonneurs du bagad lors du festival interceltique de Lorient en 2013.

La Kerlenn Pondi est un ensemble traditionnel regroupant un bagad et un cercle celtique. Il est fondé à Pontivy dans le Morbihan en 1953 sur la base de deux groupes plus anciens, la Garde Saint-Ivy et les « Moutons Blancs ». Il hérite du nom de cette dernière association comme surnom, en raison de la couleur et de la texture laineuse des costumes de cette région.

Son bagad évolue en 2015 en première catégorie du championnat national des bagadoù, qu'il a remporté une seule fois en 2011. Il a par ailleurs produit cinq albums depuis sa création. Son cercle celtique évolue lui dans la seconde catégorie des concours de Kendalc'h, qu'il a remporté une seule fois en 1966. Ces deux groupes se produisent fréquemment ensemble et sont à l'origine de la sauvegarde d'airs de musiques bretons, notamment de danse comme la laridé-gavotte et la gavotte Pourlet.

L'association est aussi active dans d'autres domaines de la culture bretonne, touchant par exemple la langue bretonne et l'organisation d’événements comme le Kan ar Bobl.

Dimanche 23 août 2015

Vue de la partie sud des vestiges du pont-aqueduc.

L'aqueduc de Luynes est un ancien pont-aqueduc gallo-romain situé à Luynes, dans le département d'Indre-et-Loire, en France. Avec la pile de Cinq-Mars, c'est le plus célèbre monument romain du département d'Indre-et-Loire, malgré des dimensions modestes. C'est également l'un des aqueducs antiques les mieux conservés du nord-ouest de la France. Fréquemment mentionné dans des publications scientifiques ou touristiques depuis le XVIIe siècle, il faut attendre 1966 pour qu'une étude complète de l'ouvrage soit réalisée et publiée. Des travaux plus récents, au début des années 2000, permettent de progresser dans la connaissance de ce monument, mais, en même temps, suscitent de nouvelles interrogations sur sa chronologie et sa fonction.

L'aqueduc est tout d'abord aérien, pour franchir un vallon sur le flanc duquel se situaient ses probables captages dont l'emplacement n'est pas précisément identifié. C'est cette partie aérienne qui est connue, de manière réductrice, sous le nom d'aqueduc de Luynes : les vestiges, sous forme de quarante-quatre piles dont neuf sont encore réunies par huit arches consécutives, s'étendent sur une longueur d'environ 270 mètres, sur les 500 mètres que le pont-aqueduc parcourait pour franchir le vallon. Son tracé aval, souterrain et long de plus d'un kilomètre, n'est pas attesté, bien que certains indices aient été révélés par la photographie aérienne, et sa ou ses destinations finales restent ignorées, au sein d'un vaste complexe de maçonneries antiques du site de Malliacum (Luynes à l'époque antique) qui n'ont fait l'objet que d'études détaillées mais ponctuelles.

La date de sa construction n'est pas connue, mais il a été manifestement l'objet de plusieurs campagnes de construction ou de réfection ; il a même probablement succédé, au moins sur une partie de son parcours, à une ou plusieurs autres structures dont la nature et la fonction ne sont pas déterminées ; l'hypothèse qui ferait de l'une de ces structures (un mur continu) le mur porteur d'un aqueduc antérieur est posée.

Propriété de la commune de Luynes, il est classé monument historique dès 1862.

Lundi 24 août 2015

Sébastien Michalowski, né le au Blanc-Mesnil, est un footballeur français.

Michalowski commence à jouer au football dans le club de sa ville natale avant de poursuivre sa formation au sein du Club Municipal d'Aubervilliers. En 1997, il intègre le centre de formation du Havre Athlétic Club comme stagiaire pro mais ne reste que six mois avant de retourner à Aubervilliers.

Repéré par le recruteur Michel Rablat, il intègre l'équipe réserve du LOSC Lille avant de signer son premier contrat professionnel et de faire ses débuts en Division 1 lors de la saison 2001-2002. Lors de cette saison, il alterne entre l'équipe « B » et l'équipe première, étant surtout appelé pour parer aux blessures des titulaires. Non conservé par Lille, il rejoint le Montpellier Hérault Sport Club en 2002. Sa carrière subit un coup d'arrêt, en février 2003, où il écope d'une suspension de deux mois après avoir gravement blessé le défenseur Adama Coulibaly contre le Racing Club de Lens. Pendant les trois années suivantes, Michalowski reste un solide titulaire au sein du MHSC avant de quitter l'équipe en 2006.

Après plusieurs essais non satisfaisants auprès de clubs professionnels, il retourne au niveau amateur, jouant au Pointe Courte de Sète, au Football Club de Sète 34 ou encore au Red Star Olympique Cournonterral. Après sa retraite sportive, il se lance dans la formation et est actuellement responsable adjoint des équipes de jeunes du Ballon Sportif Cournonsecois, basé à Cournonsec à côté de Montpellier.

Mardi 25 août 2015

Requin-renard commun.

Le Requin-renard commun ou Renard de mer commun (Alopias vulpinus) est une espèce de requins de la famille des Alopiidés. Il atteint près de 6 mètres de long dont la moitié environ se compose du lobe supérieur de sa nageoire caudale. Avec un corps fuselé, des yeux de taille modeste et un museau court et pointu, il peut être confondu avec le Requin-renard pélagique (A. pelagicus). Le Requin-renard commun vit dans les eaux tropicales et tempérées du monde entier, mais il préfère les températures fraîches. Il peut être observé près du rivage ainsi qu'en pleine mer, depuis la surface jusqu'à une profondeur de 550 mètres. C'est un migrateur saisonnier qui passe ses étés sous les basses latitudes.

La longue nageoire caudale du Requin-renard commun est à l'origine de nombreux contes fantaisistes. En réalité, il l'utilise comme un fouet pour assommer ses proies. Cette espèce se nourrit principalement de petits poissons vivant en bancs tels que les harengs et les anchois. C'est un bon nageur, capable de bondir hors de l'eau. Il possède des capacités physiologiques qui lui permettent de maintenir une température interne plus chaude que celle de l'eau de mer environnante. Le Requin-renard commun est vivipare aplacentaire, avec des embryons oophages, qui se nourrissent des œufs sous-développés ovulés par leur mère. Les femelles donnent généralement naissance à quatre individus à la fois, après une période de gestation de neuf mois.

Malgré sa taille, le Requin-renard commun est très peu dangereux pour les humains en raison de ses dents relativement petites et de son caractère timide. Il est très apprécié par les pêcheurs commerciaux pour ses tissus musculaires, ses ailerons, sa peau et l'huile de son foie ; il est pêché à la palangre et au filet maillant. Ce requin est également apprécié des pêcheurs sportifs pour la lutte exceptionnelle qu'il offre au crochet et à la ligne. Le Requin-renard commun a un faible taux de reproduction et il ne peut pas résister à la pression de la surpêche, comme le montre l'effondrement rapide des prises au large de la Californie dans les années 1980. Du fait de l'exploitation commerciale croissante dans de nombreuses parties du monde, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) considère cette espèce comme « vulnérable ».

Mercredi 26 août 2015

Buste représentant Jules César, réalisé de son vivant.

L’asyndète, du grec a, privatif, sun (« ensemble ») et dein (« lié »), soit : « absence de liaison », est une figure de style fondée sur la suppression des liens logiques et des conjonctions dans une phrase, comme dans cette parole de Jules César :

Elle permet d'ajouter du rythme à une phrase, de créer une accumulation, ou encore de rapprocher des mots ou des sons de façon à en renforcer le contraste. L'asyndète est un type de parataxe qui peut s'apparenter également à une ellipse. Très utilisée en poésie, notablement par Arthur Rimbaud, l'asyndète est également une figure de la narration et de l'essai. Des slogans publicitaires et des proverbes sont des exemples d'asyndètes courtes.

Jeudi 27 août 2015

« Tu t'honores toi-même, et celui qui t'honore L'honneur que tu lui fais par ta docte chanson » — Joachim Du Bellay, « Cependant que Magny... », Les Regrets (1522-1560).

Le polyptote, du grec ancien πολύς/poly (« plusieurs ») et πτωτός/ptoté (« cas » au sens grammatical), est une figure de style, qui consiste en la répétition de plusieurs mots de même racine, ou encore d'un même verbe, sous différentes formes comme dans cet extrait de l’Oraison funèbre de Henriette-Anne d'Angleterre (1670), de Jacques-Bénigne Bossuet :

« Madame se meurt ! Madame est morte ! »

La figure joue donc sur les variations morphosyntaxiques permises par les cas grammaticaux. Son usage est important en rhétorique où elle permet d'insister sur un propos. L'auteur qui a recours au polyptote peut également créer des jeux de mots, étymologiques ou sonores ; en ce sens sa construction et son usage sont proches de deux autres figures de style : la syllepse et la dérivation. Très utilisée en poésie, le polyptote est également une ressource en narration, au théâtre, ainsi que dans les proverbes et les chansons.

Vendredi 28 août 2015

Estampe de Utagawa Kuniyoshi, montrant le samouraï Satō Tadanobu luttant pour sa vie armé seulement d'un goban, une illustration extrême « de la production du yang dans le jeu de go ».

Igo Hatsuyōron (囲碁 発陽論?, littéralement : De la production du yang dans le jeu de go, souvent abrégé en Hatsuyōron) est une collection de 183 problèmes de go (pour la plupart, des problèmes de vie et de mort), compilée en 1713 par le maître de go japonais Inoue Dōsetsu Inseki.

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le Hatsuyōron reste un secret bien gardé de la maison Inoue, où il sert à l'entraînement à la tactique des meilleurs disciples. Il devient public après l'effondrement du système des maisons ; plusieurs éditions incorrectes en sont publiées, avant la découverte en 1982 d'une copie qu'on pense proche de l'original désormais perdu.

Igo Hatsuyōron est considéré comme le plus difficile des recueils de ce type, et est à ce titre encore utilisé pour l'entraînement des joueurs professionnels. Il contient de nombreux problèmes si complexes que des solutions fausses ou incomplètes en ont été données dans les premières éditions, et en particulier un problème exceptionnel par son thème et sa profondeur, redécouvert en 1982, et qui n'est pas encore complètement résolu en 2015.

Samedi 29 août 2015

Église Saint-Jean-Baptiste.

L'église Saint-Jean-Baptiste est une ancienne collégiale située à Montrésor dans le département d'Indre-et-Loire en France.

Fondée en 1521 par Imbert de Batarnay, seigneur de Montrésor, qui souhaite en faire la sépulture de sa famille, et dédiée à Saint-Jean-Baptiste, elle est immédiatement élevée au rang de collégiale et abrite un chapitre de cinq puis douze chanoines. Imbert de Batarnay meurt avant la fin de la construction mais son corps y est finalement inhumé un peu plus tard. À partir de 1700, avec la création de la paroisse de Montrésor, elle assure la fonction d'église paroissiale. À la Révolution française, alors que le chapitre de chanoines s'est fortement réduit depuis un siècle, les derniers d'entre eux se dispersent mais l'église, bien que pillée et victime d'importantes dégradations en 1793, conserve sa fonction paroissiale, qu'elle assure encore au XXIe siècle.

Elle observe le plan assez original d'une croix de Lorraine. Si son architecture est marquée par la fin de l'époque gothique, son décor, extérieur comme intérieur, porte l'empreinte des débuts de la Renaissance française. L'église a fait l'objet de nombreuses restaurations et réparations, notamment dans la seconde partie du XIXe siècle sous l'impulsion de la famille Branicki, et surtout de Xavier Branicki, maire de Montrésor de 1860 à 1870 et généreux mécène pour sa commune. La restauration du tombeau des Batarnay est l'une des interventions les plus symboliques de cette époque, tout comme la décoration intérieure de l'église faisant appel à des tableaux de la Renaissance italienne ou de l'école classique.

Elle est classée au titre des monuments historiques par la liste de 1840 ; elle renferme dix-neuf objets faisant l'objet d'une protection et recensés dans la base Palissy du ministère de la Culture et de la Communication.

Dimanche 30 août 2015

Star Wars Trilogy: Arcade est un jeu vidéo d'arcade du type rail shooter en 3D avec quelques éléments de shoot 'em up, édité par Sega en 1999. Le jeu est basé sur la trilogie originale des films Star Wars et permet d'en revivre les grandes batailles sur quatre niveaux différents et deux niveaux bonus. La borne éditée en trois versions a été commercialisée à l’occasion de la ressortie de ces films au cinéma en 1997 en version « édition spéciale ».

Le système de jeu est composé de combats spatiaux, mais aussi de quelques séquences de tir au pistolet et de duels au sabre laser. La première mission met en scène le combat spatial du film Un nouvel espoir dont le but est de détruire la station spatiale Étoile noire. La deuxième replace le joueur dans la bataille d'ouverture du film L'Empire contre-attaque, consistant à défendre la base de l'armée rebelle face aux attaques de l'Empire. La troisième recrée une partie de la bataille finale d'Endor du Retour du Jedi, dans laquelle les rebelles doivent prendre d'assaut une base secrète de l'Empire. La dernière mission, sur Endor, propose des combats spatiaux, puis permet de pénétrer au cœur de la seconde station spatiale de l'Empire pour la détruire. Les niveaux bonus sont des duels au pisto-laser et au sabre laser.

La presse spécialisée exprime des avis plutôt négatifs envers Star Wars Trilogy: Arcade lorsque Sega dévoile le jeu inachevé en fin d'année 1998. L'entreprise nippone fait alors évoluer le jeu en fonction des critiques reçues. À sa sortie, l'accueil de Star Wars Trilogy: Arcade est mitigé, mais globalement positif avant tout grâce à l'univers Star Wars, même si les capacités de la plate-forme utilisée sont limitées. La bande sonore jugée excellente, qui tire tous ses titres de la bande originale des trois films de la saga tout comme quelques voix digitalisées, complète bien le gameplay. Les graphismes sont plutôt appréciés par la critique, mais la faible profondeur du gameplay reste un point noir pour la majorité des journalistes. La jouabilité de la borne d'arcade Star Wars: Battle Pod sortie en 2014 est souvent décrite comme inspirée de Star Wars Trilogy: Arcade.

Lundi 31 août 2015

Quake est un jeu vidéo de tir à la première personne (FPS) développé par id Software et publié en version shareware le 22 juin 1996 puis en version commerciale par GT Interactive le 22 juillet 1996.

Quake s’inscrit dans la lignée des précédents titres d’id SoftwareWolfenstein 3D, Doom et Doom II — dont il se distingue grâce à un moteur 3D permettant d’afficher la totalité des éléments du jeu en trois dimensions. Le jeu se déroule dans un futur proche dans lequel des chercheurs ont réussi à développer un prototype permettant la téléportation. Celui-ci est cependant corrompu par un démon appelé Quake qui projette de l'utiliser pour envahir la Terre. Le joueur incarne le seul survivant d’une équipe envoyée par le gouvernement à travers le portail pour éliminer cette menace. Il doit traverser quatre dimensions, chacune étant peuplée de nombreuses créatures hostiles qu’il peut combattre à l'aide des armes et des bonus trouvés au fur et à mesure de son avancée dans le jeu.

Quake connaît dès sa sortie un important succès critique et commercial, la presse le décrit alors comme la nouvelle référence du genre. Si ses prédécesseurs Wolfenstein 3D et Doom sont considérés comme des jeux révolutionnaires ayant défini le genre, l’influence de Quake, qui représente le sommet de la technologie d’id Software, est encore plus importante. Celui-ci définit de nouveaux standards en matière de gameplay, de technologie, de modèle économique, de personnalisation et de communauté, permettant d'attirer encore plus de joueurs que ses prédécesseurs. En plus d'un moteur 3D, le jeu introduit un certain nombre d’innovations techniques ayant permis des améliorations significatives aussi bien au niveau des graphismes que du jeu en réseau. La performance de son code réseau et la simplicité d'utilisation de son mode multijoueur contribuent à l’émergence des LAN et fédèrent une communauté qui, grâce aux outils de développement mis à disposition par id Software, participe à l'amélioration du jeu en développant de nombreuses modifications comme Rocket Arena, Capture the Flag ou Team Fortress. À la suite de la mise sous licence de son moteur de jeu, l'id Tech 2, Quake permet également la création d'une génération de jeu, comprenant Hexen II ou Half-Life, utilisant le moteur d'id Software.

Après sa sortie, le jeu fait l'objet de nombreuses corrections améliorant son code réseau tout en permettant de bénéficier de l'accélération 3D des cartes graphiques. Il est également porté sur de nombreuses plates-formes dont les ordinateurs Macintosh et Amiga, ainsi que les consoles Saturn et Nintendo 64. Le titre fait l'objet de deux extensions officielles, Scourge of Armagon et Dissolution of Eternity, ainsi que de nombreuses extensions commerciales non officielles. Surfant sur le succès de Quake et de ses prédécesseurs, id Software améliore peu à peu son moteur de jeu, l’id Tech 2, tout en développant une première suite, baptisée Quake II, qui est publiée en 1997. Le studio développe ensuite un nouveau moteur de jeu, l’id Tech 3, dont sont démontrées les performances avec Quake III Arena qui sort fin 1999. Contrairement à ses prédécesseurs, celui-ci se focalise sur le multijoueur, son mode solo se résumant à des affrontements contre des bots.