Venantino Venantini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Venantini.
Venantino Venantini
Description de cette image, également commentée ci-après
Venantino Venantini au festival de Cannes 2009.
Nom de naissance Enrico Venantino Venantini
Naissance
Fabriano (Marches, Italie)
Nationalité Drapeau d'Italie Italien
Décès (à 88 ans)
Viterbo (Latium, Italie)
Profession Acteur
Films notables Les Tontons flingueurs
Le Corniaud
J'ai toujours rêvé d'être un gangster
Le Grand Restaurant

Enrico Venantino Venantini, dit Venantino Venantini, né le à Fabriano et mort le à Viterbe, est un acteur italien.

Second rôle célèbre en Italie pour Ettore Scola et Dino Risi, il se fait vite remarquer par des réalisateurs français. Il tourne ainsi fréquemment avec Georges Lautner (Les Tontons flingueurs, Flic ou Voyou, Attention ! une femme peut en cacher une autre) ou bien encore Gérard Oury (Le Corniaud, La Folie des grandeurs, etc.).

Biographie

Enrico Venantini se destine à une carrière d'artiste peintre. Au milieu des années 1950, il obtient une bourse grâce à laquelle il quitte un temps l' Italie pour Paris où il suit des cours à l'École nationale supérieure des beaux-arts. Pour financer ses études, il accepte de faire de la figuration dans quelques films : Quo vadis, Ben-Hur[1].

En 1960, Franco Rossi souhaite l'engager pour un rôle plus important. D'abord réticent, il finit par accepter car le tournage de L'Odyssée nue doit se passer à Tahiti[2]. Dès lors, il décroche de petits contrats.

Venantino Venantini (à droite) et Georges Lautner à leur arrivée à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol le 2 février 1966.

En 1963, il fait une rencontre déterminante : le réalisateur français Georges Lautner lui offre un rôle dans son nouveau film Les Tontons flingueurs, une comédie policière interprétée par Lino Ventura qui obtient un grand succès. Commence alors une double carrière pour Venantini, une en Italie, et une en France, où il impose son physique de séducteur et son français doté d'un charmant accent. Le succès des Tontons flingueurs encore frais, il rejoint aussitôt Lautner sur Des pissenlits par la racine, comédie avec Louis de Funès et une jeune actrice, Mireille Darc. La collaboration avec Georges Lautner, qui devient rapidement un ami, se prolonge au fil des années. Lautner réserve à l'acteur un rôle dans Galia, La Grande Sauterelle, Il était une fois un flic et Laisse aller... c'est une valse, quatre films interprétés aux côtés de Mireille Darc[1].

Quelques années plus tard, c'est avec Jean-Paul Belmondo qu'il tient l'affiche de Flic ou Voyou. En 1964, il retrouve également Louis de Funès, et le sommet du box-office français, grâce au film de Gérard Oury, Le Corniaud. Son personnage de bègue le rend désormais reconnaissable auprès du public. Il donnera à nouveau la réplique à De Funès dans Le Grand Restaurant puis La Folie des grandeurs. En Italie, il touche à tous les genres populaires du cinéma : le western (Bandidos), le film de guerre (La Bataille pour Anzio), le peplum (Les Aventures d'Hercule) et même le film érotique (Emmanuelle l'antivierge, Black Emanuelle)[1].

Dès 1971, il tourne régulièrement avec Dino Risi, de bons films (La Femme du prêtre, Les Derniers Monstres) ou de moins bons (Le Bon Roi Dagobert). Au fil de sa carrière, il est dirigé par Roger Vadim, Christian-Jaque, Claude Lelouch, Ettore Scola ou encore l'Américain Richard Donner. En 1978, il joue le chauffeur de Michel Galabru dans La Cage aux folles, grand succès d'Édouard Molinaro.

S'il tourne moins dans les années 2000, on le voit quand même régulièrement à la télévision dans Frank Riva, mini-série avec Alain Delon puis dans la première saison de Mafiosa, le clan. En 2007, il fait partie de la bande de vieux voyous du film J'ai toujours rêvé d'être un gangster de Samuel Benchetrit.[1] Un film en noir et blanc, hommage aux grandes années du cinéma chères à Venantini. Peu après c'est L'Immortel, encore un film de gangsters, signé cette fois Richard Berry, qui permet de retrouver l'acteur.

En avril 2009, il est au festival du film policier de Beaune pour rendre hommage à Georges Lautner, avec lequel il a tourné au total une dizaine de films. Le réalisateur décède en novembre 2013 et Claude Rich décède en juillet 2017, laissant Venantino Venantini devenir, avec Béatrice Delfe et Georges Nojaroff les derniers participants aux Tontons Flingueurs encore en vie[3],[4].

En décembre 2015, il sort son autobiographie Le Dernier des Tontons Flingueurs, préfacé par Laurent Gerra, publiée aux Éditions Michel Lafon. Le même mois, il retrouve Claude Lelouch pour le film Un plus une.

Fin 2017, il joue ce qui sera son dernier rôle, Leonard de Vinci dans la série télévisée L'Art du crime.

Venantino Venantini meurt le à l'âge de 88 ans[5] à l'hôpital de Viterbe près de Rome, des suites d'une opération. Il s'était brisé le col du fémur pendant l'été[6].

Famille

Venantino Venantini est le père de l'acteur Luca Venantini (it) et de Victoria Venantini [7].

Filmographie

Cinéma

Années 1950

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Télévision

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Autobiographie

Notes et références

  1. a b c et d Véronique Cauhapé, « Venantino Venantini, le dernier des « tontons flingueurs », est mort », sur .lemonde.fr, (consulté le 9 octobre 2018).
  2. Interview de l'acteur, 6 avril 2007.
  3. « Des papys flingueurs à Cognac », sur Charente libre.fr (consulté le 17 février 2017)
  4. « La dernière rencontre d'un Tonton et de Georges Lautner filmée il y a un mois », sur Journal de Saône-et-Loire,
  5. « Mort de Venantino Venantini, le dernier des Tontons flingueurs », Le Figaro.fr, 9 octobre 2018.
  6. « Mort de Venantino Venantini, le dernier des Tontons flingueurs », sur Figaro, (consulté le 10 octobre 2018).
  7. (it) « è morto Venantino Venantini, attore in oltre 150 film », sur Repubblica.it, Repubblica, (consulté le 10 octobre 2018).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes