Bataille de Talas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Talas.
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Bataille de Talas
Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de Talas
Informations générales
Date
Lieu Talas,Kazakhstan,Kirghizistan[1]
Issue Victoire des Abbassides
Belligérants
Abbassides
Empire du Tibet[2],[3],[4],[5],[6]
Tang.png Dynastie Tang
Ferghana
mercenaires Karlouks(font defection au profit des Abbasides au cours de la bataille)
Commandants
Ziyad ben Salih[7],[8]Tang.png Kao Sien-chih
Li Siye
Duan Xiushi[7]
Forces en présence

40 000 hommes selon les abbassides

150 000 hommes selon les chinois
Tang.png

150 000 hommes selon les abbassides

30 000 hommes selon les chinois[9],[10]
Pertes
inconnues20,000-30,000[10]

Conquête musulmane de la Transoxiane

Coordonnées 42° 31′ 30″ nord, 72° 14′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Kazakhstan

(Voir situation sur carte : Kazakhstan)
Bataille de Talas

La bataille de Talas ou bataille de la rivière Talas ou bataille d'Artlakh (chinois traditionnel : 怛羅斯戰役; arabe : معركة نهر طلاس) eut lieu en juillet 751, sur les rives de la rivière Talas au Kirghizistan près de la ville de Taraz (Тараз), autrefois Jambyl (Жамбыл), au Kazakhstan. Elle a opposé les troupes du califat abbassides, soutenues par des contingents tibétains à celles de l'armée chinoise de la dynastie Tang, alors dirigée par Tang Xuanzong; qui était alors en lutte pour le contrôle de la région d'Asie centrale de Syr-Daria.

Après plusieurs jours d'impasse, le cours de la bataille change lorsque les mercenaires Karlouks initialement alliés aux Tang font défection au profit des Abbassides, ce qui a renversé le rapport de force, entraînant une déroute des Tang. Cette défaite a marqué la fin de l'expansion des Tang vers l'ouest et a permis aux musulmans de prendre le contrôle de la Transoxiane pour les 4 siècles suivants. Le contrôle de cette région était économiquement bénéfique pour les Abbassides, car elle se trouvait sur la route de la soie. Les historiens se demandent si les prisonniers chinois capturés lors de cette bataille ont amené les techniques de fabrication du papier au Moyen-Orient, d'où elles se sont finalement répandus en Europe[11].

Localisation

Carte de la région de la Transoxiane, avec la riviére Talas

Il n'y a pas de certitude sur l'emplacement exact de la bataille, mais les historiens pensent qu'elle a eu lieu près de Taraz et de Talas, dans la zone qui correspond actuellement à la frontière entre le Kazakhstan et le Kirghizistan. Le nom chinois Daluosi (怛羅斯, Talas) apparait pour la première fois dans le récit de Xuanzang et Du Huan a localisé la ville près du bras ouest de la rivière Chui[12].

Le contexte

Carte des territoires contrôlé par la dynastie Tang vers l'an 700. On voit bien les territoires les plus à l'ouest, qui sont reliés à la partie principale de l'Empire par le long et étroit corridor du Hexi.

Avant la bataille, il y avait déjà eut des contacts indirects entre certains des combattants, et la Chine avait déjà envoyé des armées au-delà du rude climat continental et du terrain aride et désolé du bassin du Tarim, bassin qui est recouvert en grande partie par le désert du Taklamakan. Durant la première moitié de la dynastie Han, l'empereur Han Wudi envoya des expéditions militaires vers l'ouest, qui allérent assez loin pour s'emparer des chevaux de la vallée de Fergana. En 715, Alutar, le nouveau roi de Fergana, monta sur son trône avec l'aide des Arabes du califat Omeyyades. Ikhshid, le roi déchu de Fergana s'est enfui à Kucha, le siège du protectorat d'Anxi, pour demander de l'aide aux Chinois de la dynastie Tang. Ces derniers ont envoyé à Ferghana 10 000 soldats commandés par Zhang Xiaosong, qui a vaincu Alutar lors de la bataille de Namangan et réinstallé Ikhshid sur le trône. Les habitants de trois villes sogdiennes ont été massacrés à la suite de cette bataille[13].

La deuxième rencontre a eu lieu en 717. À cette date, la Chine avait pris le contrôle de toutes les montagnes de l'Hindū-Kūsh et du Pamir depuis les années 640, tandis que les musulmans étaient en train d'annexer la Transoxiane jusqu'à Tachkent et la vallée de la Ferghana. Cette année-là, les Arabes, guidés par les Turgesh, ont assiégé deux villes dans la région d'Aksu. Tang Jiahui, le commandant du Protectorat Général pour Pacifier l'Ouest, a répondu à cette attaque en levant deux armées, l'une composée de mercenaires Karlouks dirigés par Ashina Xin (un qaghan d'Onoq allié de la Chine) et une autre composé de soldats chinois dirigés par Jiahui lui-même[13]. Les Chinois ont vaincu les omeyyades lors de la bataille d'Aksu et les troupes arabes, commandées par Al-Yashkuri, se sont enfuie à Tachkent après leur défaite[14],[15].

Des sources arabes affirment que Qutayba ibn Muslim a brièvement pris Kashgar aux Chinois avant de se retiré après avoir conclus un accord[16], mais les historiens modernes rejettent entièrement cette affirmation[17],[18],[19].

En l'an 750, Abu al-Abbas al-Saffah (As-Saffah), le fondateur du califat abbasside, a lancé une rébellion massive, connue sous le nom de révolution abbasside, contre le califat omeyyade depuis la province de Khurasan. Après sa victoire décisive à la bataille du Grand Zab et l’élimination des membres du clan omeyyade qui n’ont pas réussi à s’enfuir vers Al-Andalus, As-Saffah a envoyé ses troupes aux quatre coins du califat pour consolider son pouvoir. L'Asie centrale n'échappe pas à se déploiement de forces, et ses troupes se retrouvent rapidement à devoir faire face aux nombreux pouvoir locaux, y compris la dynastie chinoise des Tang. Les souverains des régions vassales de la Chine demandérent rapidement de l'aide, mais les Chinois ne réagirent qu'à partir de 747 quand les Tibétains menacèrent les routes commerciales entre les Indes et la Chine, et entre Kachgar (au Xinjiang) et Tachkent (en Ouzbékistan).

La bataille

Vue moderne de la rivière Talas, qui commence dans les montagnes du Kirghizistan et coule ensuite vers le Kazakhstan. Sur le côté droit de la rivière se trouve la ville de Taraz.

Une expédition militaire chinoise partit sous la conduite du général d'origine coréenne Gao Xianzhi (en) (高仙芝, gāo xiānzhī, parfois écrit Kao Sien-chih ; Kao Sien-tche, en coréen : 고선지 Go Seonji). Celui-ci put capturer le roi de Tachkent[Qui ?] qui refusait de payer le tribut à la Chine et il le fit décapiter. Les musulmans, à l'appel du fils de ce roi assassiné, vinrent avec à leur tête le général Ziyad ben Salih conduisant les armées khurassaniennes de Abû Muslim au service du calife As-Saffah. C'est au mois de juillet 751 que les armées des Abbassides et des Tang se retrouvent face à face sur les rives de la rivière Talas.

Les effectifs exact des armées qui ce sont affrontées à Talas ne sont pas connus avec certitude, car il existe de nombreuses estimations avec des chiffres très variables. Ainsi, selon les sources musulmanes, l'armée abbasside était composée de 40 000 Arabes soutenus par 20 000 Turcs et un contingent d'alliées tibétains, là ou les sources chinoises parlent de 200 000 soldats musulmans. Pour ce qui est de l'armée chinoise, elle est forte de 150 000 hommes selon les musulmans tandis que les chroniques chinoises parlent d'une armée de 10 000 hommes soutenue par 20 000 mercenaires Karlouks. Les sources chinoises insistent également sur la distance parcourue par l'armée chinoise pour arriver jusqu'à Tachkent et sur la fatigue que cela entraîna.

Selon les sources chinoises, la bataille aurait duré cinq jours. Au début, le sort sembla sourire à l'armée chinoise, mais peu à peu il tourna à l'avantage des musulmans. Au final, l'armée Tang subit une défaite dévastatrice, due à la défection des mercenaires Karlouks et à la retraite des alliés de Ferghana. Les mercenaires Karlouks, qui représentent les deux tiers de l'armée Tang, ont déserté au profit des Abbassides pendant la bataille, avant d'engager au corps à corps les troupes chinoises, tandis que le gros des forces abbasside attaque de front. Les soldats des Tang ont été incapables de tenir leurs positions face à cette double attaque, et Gao Xianzhi, voyant que la défaite était imminente, a réussi à s'échapper avec certains de ses soldats chinois, grâce à l'aide de Li siye. Au final, seulement 2000 soldats ont réussi à revenir de Talas jusqu'au Protectorat Général pour Pacifier l'Ouest. Il faut noter que, malgré la défaite qu'il venait de subir, Li infligea de lourdes pertes à l'armée arabe qui c'était lancée à la poursuite des fuyards, après avoir été blâmé par Duan Xiushi. Après la bataille, Gao était prêt à lever une nouvellle armée contre les Arabes, lorsque la révolte d'An Lushan éclata en 755. Lorsque la capitale Tang a été prise par les rebelles, toutes les armées chinoises stationnées en Asie centrale ont reçu l'ordre de retourner dans les territoires de la Chine historique pour écraser la rébellion[20].

Conséquences et impact historique

Ce ne fut pas seulement une défaite militaire pour les Chinois, car les musulmans firent de nombreux prisonniers qui furent vendus comme esclaves à Samarcande, Bagdad et Damas. Parmi ces prisonniers, certains connaissaient des techniques secrètes chinoises : la poudre à canon, le papier et la soie. Les Arabes les utilisèrent et en particulier la fabrication du papier permit de donner encore plus de force à la diffusion du Coran et des ouvrages de science et de littérature. La révolution du papier permit le développement de l'âge d'or islamique[21].

Cette victoire abbasside revêt un caractère symbolique très fort car elle marque à la fois le point le plus occidental de l'extension de l'empire chinois et le point le plus oriental de l'avancée des troupes musulmanes vers la Chine. Cependant, malgré les apaprence, ce n'est pas la défaite chinoise qui provoque l'arrêt de l'expansion vers l'ouest des Tang, mais la guerre civile qui éclate peu de temps après à la suite de la révolte d'An Lushan, qui réduit drastiquement la puissance chinoise et permet aux seigneurs de guerres de gagner en puissance. C'est grâce à cela que les Arabes ont eut la possibilité de s’étendre davantage en Asie centrale au fur et à mesure que l’influence des Tang dans la région diminuait. Au final, la bataille de Talas n'as eut aucun véritable impact stratégique, car les Arabes ne sont pas allé plus loin vers l'est après la bataille[22],[23]. En effet, s'il ont fini par prendre le contrôle direct de la tranxionane, par la suite, il ne s'agit plus d'une expansion par des conquétes, mais par la conversion progressive des tribus turques[24]. Durant les années suivante, les différents peuples versant tribus aux Tang se sont tournés les uns après les autres vers les Abbassides, les Tibétains ou les Ouïghours, ce qui a facilité l'introduction de l'islam parmi les peuples turcs. Cette conversion est progressive, car après Talas il n'y a qu'une petite minorité de Karlouks qui se convertissent, la grande majorité reste fidèle à ses anciennes croyances, jusqu'à la moitié du Xe siècle, lorsque le Sultan Satuq Bughra Khan entraine son peuple sur la voie de la conversion de masse et fonde le Khanat Qarakhanides[4],[25],[26],[27],[28]. Ceci arrive donc plusieurs siècles après que les Tang se soient replié d'Asie Centrale.

Mais même cette conversion des Karlouks ne suffit pas à éliminer définitivement l’influence bouddhiste et chinoise de la région. En effet, en 1141, les turcs seldjoukides et les Qarakhanides sont vaincus par les Kara-Kitan, un peuple proto-mongol bouddhiste et sinisé, lors de la bataille de Qatwan. Cette victoire leur permet de conquérir une grande partie de l'Asie Centrale aux dépens des musulmans et de fonder un Khanat bouddhiste. Les Kara-Khitans ont également réintroduit le système chinois de gouvernement impérial, puisque la Chine était encore respectée et estimée dans la région, même par la population musulmane[29],[30]. De plus, les Kara-Khitans utilisaient le chinois comme principale langue officielle[31]. Tout ceci fait que les dirigeants de ce nouveau Khanat ont été appelés "les Chinois" par les musulmans[32].

Tout ces changements impactent fortement la culture de l'Asie Centrale, qui était auparavant un mélange d'influences Perses, Indiennes et Chinoise. Cette ancienne culture disparaît petit à petit, victime des luttes de pouvoirs entre les différents empires qui se disputent la région : Arabes, Chinois, Turcs, Tibétains et Ouïghours[33]. Au final, malgré une implantation relativement lente et quelques reculs, au fil des siècles l'Islam vas devenir la principale composante de la culture de l'Asie Centrale.

Le professeur Denis Sinor a lui aussi relativisé l'impact de la victoire musulmane de Talas, mais pour d'autres raisons. Selon lui, ce sont les ingérences chinoises dans les affaires intérieures du khaganat turc occidental qui sont la cause de la fin de la suprématie chinoise en Asie centrale, car la destruction de ce khaganat à supprimé la plus grand ennemis des musulmans dans la région[34].

Durant les années qui suivent la fondation du nouveau califat et la bataille de Talas, As-Saffah a dépensé ses richesses dans ses différentes guerres contre ses ennemis. Il est décédé en l'an 752 de notre ère et c'est son frère Abou Jafar al-Mansour (754-775) (A-p’uch’a-fo) qui lui a succédé comme second calife des abbasside. Dans un magistral retournement d'alliance, al-Mansour aida l'empereur chinois Tang Suzong, après que ce dernier l'ait appelé à l'aide pour l'aider à lutter contre An Lushan et reprendre le contrôle de Chang'an, la capitale des Tang. Al-Mansour a répondu à cette demande en 789, en envoyant 4 000 hommes qui ont aidé les troupes des Tang à reconquérir la ville et ont été récompensés par l'empereur chinois. L’envoi de ces renforts marque la fin de l'alliance entre les abbassides et l'empire du tibet[35], et le début de celle entre les arabes et les Tang[36],[37].

Une fois la rébellion matée, ces soldats ont été autorisés à s'installer définitivement en Chine, ce qui a favorisé la naissance des premières communautés musulmanes en Chine. Certains d'entre eux se sont mariés avec des chinoises et leurs descendants sont devenus des musulmans nés en Chine et ayant conservé leur traditions religieuse et un mode de vie unique[38],[39],[40],[41],[42]. Toutefois, la cohabitation entre l'Islam et les chinois ne se fera pas sans heurt. Déjà, en 760, a eu lieu à Yangzhou un massacre à grande échelle de riches marchands arabes et persans, perpétré par des rebelles chinois dirigés par Tian Shengong. Par la suite, en 879, lors du massacre de Guangzhou, 120 000 à 200 000 Arabes musulmans, persans zoroastriens, juifs et chrétiens étrangers de Guangzhou ont été massacrés par les rebelles chinois dirigé par Huang Chao.

Autre conséquence de l'expansion de l'islam en Asie centrale et du déclin du bouddhisme dans cette région, le bouddhisme chinois était maintenant coupé du bouddhisme indien et devient une religion indépendante avec des éléments spirituels distincts. Des traditions bouddhistes autochtones telles que le bouddhisme de la Terre Pure et le Zen ont émergé en Chine. La Chine est devenue le centre du bouddhisme en l’Asie de l’Est, suivant le canon bouddhiste chinois, alors que le bouddhisme s’étend au Japon et à la Corée à partir de la Chine.[33].

Un des premiers historiens à proclamer l’importance de cette bataille fut l'historien russe Vassili Bartold, un spécialiste de l’Asie centrale musulmane ayant vécu au début du du XXe siècle. Cependant, si Bartold remet en lumière la bataille de Talas, il fait partie de ceux qui surestiment son impact réel. En effet, selon lui, "les premiers historiens arabes, occupés par le récit des événements se déroulant en Asie occidentale, ne mentionnent pas cette bataille, mais elle est, sans aucun doute, d'une grande importance dans l'histoire du Turkestan (occidental), car elle a tranché la question de savoir laquelle des deux civilisations, chinoise ou musulmane, devrait prédominer dans le pays (c.a.d le Turkestan)[8]". Selon Bartold, c'est l'historien arabe Al-Tabari qui est la principale source pour l’histoire des trois premiers siècles de l’islam, ses travaux ayant survécu au sein de la compilation de textes réalisé par Ibn al Athir. Les travaux originaux d'Al-Tabari ont été daté de l'an 915, soit plus de 150 ans après la bataille, qui devrait donc y être décrite. Ce sont pourtant les écrits d'Athir, qui sont donc postérieurs à ceux de Tabari, qui représentent le seul compte rendu exact existant du côté musulman de la bataille de Talas. En effet, ni les écrits de Tabari qui nous sont parvenus, ni les premiers travaux historiques des Arabes n'en font mention. Malgré cela, la description de la bataille par d'Athir semble fiable, car elle correspond à celle que les chinois en font dans l'ancien livre des Tang[43]. Dans toutes les autres sources arabes existantes, les événements qui se sont produits dans la partie orientale de l'empire sont souvent traités brièvement[44], et en dehors de Tabari, la seule autre source musulmane notable concernant la bataille est l'historien Al-Dhahabi (1274-1348)[45]

Techniques de fabrication du papier

Une des cinq principales étapes de la technique de fabrication du papier en Chine sous les Tang.

La bataille de Talas a été un événement clé dans l’histoire du papier et plus précisément dans la transmission du processus de fabrication du papier en dehors de la Chine. Après la bataille de Talas, des prisonniers de guerre chinois possédant le savoir-faire nécessaire ont reçu l'ordre de produire du papier à Samarcande[46]. En fait, le papier de qualité était connu et fabriqué en Asie centrale depuis des siècles; il existe encore une lettre écrite sur du papier datant du quatrième siècle et destinée à un marchand de Samarcande. Mais la conquête islamique de l'Asie centrale à la fin du septième et au début du huitième siècle a permis au monde musulman d'accéder à ce savoir-faire pour la première fois. Ainsi, dés 794, on trouve des ateliers de fabrication de papier à Bagdad. La technologie de fabrication du papier a donc été transmise au monde islamique, qu'elle a révolutionnée, et plus tard en Europe[47]. En Chine, les techniques de fabrication du papier était un secret d'État, et seuls certains ateliers et moines bouddhistes maitrisaient la technologie nécessaire. Bien sûr, le papier ainsi produit était transporté et vendus dans des endroits situé for loin des lieux de production en tant que produit de luxe chinois et, au fur et à mesure des progrès de sa commercialisation, la découverte de papier sur tel ou tel site de fouilles ne constituait plus une preuve de l'existence d'atelier de production locaux, mais juste de son utilisation.

Conséquences Géopolitiques

En dehors du transfert technologique des méthodes de fabrication du papier, rien ne prouve que cette bataille ait débouchée sur un changement géopolitique ou démographique majeur. En fait, il semble même que l’influence de la dynastie Tang en l’Asie centrale se soit même renforcée après 751 et qu’en 755, le pouvoir des Tang en Asie centrale était à son zénith. Pour comprendre ce qui semble être un paradoxe, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Premièrement, les Karlouks ne se sont jamais opposés militairement ou diplomatiquement aux Chinois après la bataille. En 753, le chef Karlouk Yabgu Dunpijia fit sa soumission au général chinois Cheng Qianli et captura A-Busi, un mercenaire chinois originaire de Tongluo qui avait fait défection en 743. À la suite de cette capture, Dunpijia se présente à la Cour Impériale des Tang ou il reçoit un titre le 22 octobre de la même année[48]. L'historien musulman chinois Bai Shouyi a écrit qu'en outre, au moment même où la bataille de Talas avait eu lieu, les Tang avaient également envoyé une armée depuis la ville de Shibao, qui se situe dans la province du Qinghai, vers à Suyab et consolidé le contrôle chinois sur le Turgesh. L'expansion chinoise en Asie centrale ne s'est pas arrêtée après la bataille: Le commandant chinois Feng Changqing, qui a succédé à Gao Xianzhi et Wang Zhengjian, a pratiquement ravagé la région du Cachemire et pris la ville de Gilgit deux ans plus tard. Même Tachkent rétablit son statut de vassal en 753, lorsque les Tang accordent un titre à son dirigeant. L'influence chinoise à l'ouest des monts du Pamir n'a certainement pas disparu à la suite de la bataille, car les États d'Asie centrale sous contrôle musulman, comme Samarcande, ont continué à demander de l'aide aux Tang contre les Arabes malgré Talas. C'est ainsi qu'en 754, les neuf royaumes du Turkestan occidental ont de nouveau envoyé des pétitions aux Tang pour leur demander d'attaquer les Arabes, les Chinois continuant de refuser de donner suite à de telles demandes comme il l'a fait pendant des décennies. Ferghana, dont les troupes ont participé à la bataille de Talas, a envoyé des soldats en Chine, qui ont rejoint les différents corps d'auxiliaires d'Asie centrale qui ont combattu aux côtés de l'armée chinoise et sont entré dans la province du Gansu pendant la révolte d'An Lushan en 756[49]. Bai a également noté que les relations diplomatiques entre les Chinois et les Arabes n'ont pas éte interrompues après la bataille et que les Abbassides ont continué d'envoyer des ambassades en Chine. Ces visites ont abouti à l'échange de 13 cadeaux diplomatiques entre 752 et 798[50]. Enfin, comme on l'as déjà vus précédemment dans cet article, la plus grande partie des tribus turques de la région ne se sont pas converties à l’islam après la bataille, la date de leur conversion en masse étant beaucoup plus tardive[51].

Notes et Références

  1. Bai, pp. 210–19.
  2. Bulliet & Crossley & Headrick & Hirsch & Johnson 2010, p. 286.
  3. Bulliet 2010, p. 286.
  4. a et b Wink 2002, p. 68.
  5. Wink 1997, p. 68.
  6. Chaliand 2004, p. 31.
  7. a et b Bai, pp. 224–25.
  8. a et b Bartold, pp. 180–96.
  9. http://www.saudiaramcoworld.com/issue/198205/the.battle.of.talas.htm
  10. a et b Le nombre de soldats Chinois déployés dans le Protectorat Général pour Pacifier L'Ouest ne dépasse jamais 30 000 entre 692 et 726. Cependant, le Tongdian (801), le plus ancien récit existant de la bataille, estime les pertes à 30 000 morts, alors que le Tangshu (945) parle de 20 000 décès, probablement en incluant les mercenaires(Bai 2003, pp. 224–25). Le plus ancien récit arabe de la bataille est celui que l'on trouve dans le Al-Kamil fi al-Tarikh (1231) qui rapporte que les chinois ont perdu 100 000 soldats lors de cette bataille(50 000 morts et 20 000 prisonniers). Cependant, Bartold considère que ces chiffres sont exagérés (Xue 1998, pp. 256–57; Bartold 1992, pp. 195–96).
  11. « The Battle of Talas, In Our Time », sur BBC Radio 4 (consulté le 23 octobre 2016)
  12. Bai, p. 211.
  13. a et b Bai, p. 235–36
  14. Christopher I. Beckwith, The Tibetan Empire in Central Asia: A History of the Struggle for Great Power Among Tibetans, Turks, Arabs, and Chinese During the Early Middle Ages, Princeton University Press, , 88–89 p. (ISBN 0-691-02469-3, lire en ligne)
  15. Insight Guides, Insight Guides Silk Road, APA, (ISBN 978-1-78671-699-6, lire en ligne)
  16. Muhamad S. Olimat, China and Central Asia in the Post-Soviet Era: A Bilateral Approach, Lexington Books, , 10– p. (ISBN 978-1-4985-1805-5, lire en ligne)
  17. B. A. Litvinsky, A. H. Jalilov et A. I. Kolesnikov, History of civilizations of Central Asia, Volume III: The crossroads of civilizations: A.D. 250 to 750, Paris, UNESCO Publishing, , 449–472 p. (ISBN 92-3-103211-9), « The Arab Conquest »
  18. C. E. Bosworth, Ḳutayba b. Muslim, vol. 5, 541–542 p. (lire en ligne)
  19. H. A. R. Gibb, The Arab Conquests in Central Asia, London, The Royal Asiatic Society, , 48-51 p. (OCLC 685253133, lire en ligne)
  20. Bai, p. 226–28.
  21. Hossam Elkhadem, À la découverte de l'âge d'or des sciences arabes, p. 5
  22. ed. Starr 2004, p. 39.
  23. Millward 2007, p. 36.
  24. Lewis 2009, p. 158.
  25. Lapidus 2012, p. 230.
  26. Esposito 1999, p. 351.
  27. Lifchez & Algar 1992, p. 28.
  28. Soucek 2000, p. 84.
  29. Biran 2012, p. 90.
  30. Biran 2012, p. 90. « https://web.archive.org/web/20140414060414/http://cces.snu.ac.kr/article/jces3_4biran.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  31. Pozzi & Janhunen & Weiers 2006, p. 114.
  32. Biran 2005, p. 93.
  33. a et b Lewis 2009, p. 159.
  34. Sinor 1990, p. 344.
  35. Chaliand 2004, p. 32.
  36. Bloodworth & Bloodworth 1976, p. 214.
  37. Giles 1926, p. 138.
  38. A. Acharya, R. Gunaratna et W. Pengxin, Ethnic Identity and National Conflict in China, Palgrave Macmillan US, , 21– p. (ISBN 978-0-230-10787-8, lire en ligne)
  39. Joseph Mitsuo Kitagawa, The religious traditions of Asia: religion, history, and culture, Psychology Press, (ISBN 978-0-7007-1762-0, lire en ligne), p. 283
  40. Charles Patrick Fitzgerald, China: a short cultural history, Praeger, (lire en ligne), p. 332
  41. Everett Jenkins, The Muslim diaspora: a comprehensive reference to the spread of Islam in Asia, Africa, Europe, and the Americas, vol. 1, McFarland, (ISBN 978-0-7864-0431-5, lire en ligne), p. 61 :

    « Arab troops were dispatched by Abu Gia-far to China. »

  42. Stanley Ghosh, Embers in Cathay, Doubleday, (lire en ligne), p. 60 :

    « During the reign of Abbassid Caliph Abu Giafar in the middle of the 8th century, many Arab soldiers evidently settled near the garrisons on the Chinese frontier. »

  43. Barthold, p. 2–3.
  44. Barthold, p. 5.
  45. Barry Hoberman (1982). The Battle of Talas, Saudi Aramco World.
  46. Bai, p. 242–43.
  47. Jonathan Bloom, Paper Before Print: The History and Impact of Paper in the Islamic World, New Haven, Yale University Press, (ISBN 0-300-08955-4)
  48. Xue, p. 260–81.
  49. Bai, p. 233–34.
  50. Bai, p. 239–42.
  51. Embassy of Uzbekistan to the United Kingdom Of Great Britain and Northern Ireland Retrieved 25 April 2007. (The link is broken)

Voir également

Bibliographie

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (septembre 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Dominique Farale, Les batailles de la région du Talas et l'expansion musulmane en Asie centrale, Économica, 2006.
  • Bartold, W [1928] (1992). (Western) Turkestan Down to the Mongol Invasion. New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers. (ISBN 978-8121505444)
  • Bai, Shouyi et al. (2003). A History of Chinese Muslim (Vol.2). Beijing: Zhonghua Book Company. (ISBN 7-101-02890-X).
  • Xue, Zongzheng (1998). Anxi and Beiting Protectorates: A Research on Frontier Policy in Tang Dynasty's Western Boundary. Harbin: Heilongjiang Education Press. (ISBN 7-5316-2857-0).
  • Shouyi et al Bai, 中囯回回民族史 (A History of Chinese Muslims, vol. 2, Beijing, Zhonghua Book Company,‎ [détail de l’édition] (ISBN 7-101-02890-X)
  • Vassili Barthold [1928] (1992). (Western) Turkestan Down to the Mongol Invasion. New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers. (ISBN 8121505445).
  • Beckwith, Christopher I. (2009): Empires of the Silk Road: A History of Central Eurasia from the Bronze Age to the Present. Princeton: Princeton University Press. (ISBN 978-0-691-13589-2).
  • Michal Biran, « Kitan Migrations in Eurasia (10th–14th Centuries) », Center for Central Eurasian Studies, vol. 3,‎ , p. 85–108 (lire en ligne[archive du ])
  • Dennis Bloodworth et Ching Ping Bloodworth, The Chinese Machiavelli: 3000 years of Chinese statecraft, Transaction Publishers, (ISBN 0-7658-0568-5, lire en ligne)
  • Richard Bulliet, Pamela Crossley, Daniel Headrick, Steven Hirsch et Lyman Johnson, The Earth and Its Peoples, Cengage Learning, (ISBN 0538744383, lire en ligne)
  • Richard Bulliet, The Earth and Its Peoples, A Global History, AP Edition, 5th ed., Cengage Learning, (ISBN 1285288572, lire en ligne)
  • Gérard Chaliand, Nomadic Empires: From Mongolia to the Danube, Transaction Publishers, (ISBN 141282978X, lire en ligne)
  • The Oxford History of Islam, Oxford University Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0195107993, lire en ligne)
  • Herbert Allen Giles, Confucianism and its rivals, Forgotten Books, (ISBN 1-60680-248-8, lire en ligne), p. 139 :

    « In7= 789 the Khalifa Harun al Raschid dispatched a mission to China, and there had been one or two less important missions in the seventh and eighth centuries; but from 879, the date of the Canton massacre, for more than three centuries to follow, we hear nothing of the Mahometans and their religion. They were not mentioned in the edict of 845, which proved such a blow to Buddhism and Nestorian Christianityl perhaps because they were less obtrusive in the propagation of their religion, a policy aided by the absence of anything like a commercial spirit in religious matters. »

  • Ira M. Lapidus, Islamic Societies to the Nineteenth Century: A Global History, Cambridge University Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 052151441X, lire en ligne)
  • Mark Edward Lewis, China's Cosmopolitan Empire: The Tang Dynasty, Harvard University Press, [détail de l’édition] (ISBN 978-0-674-05419-6)
  • The Dervish Lodge: Architecture, Art, and Sufism in Ottoman Turkey, vol. Volume 10 of Comparative studies on Muslim societies, University of California Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0520070607, lire en ligne)
  • James A. Millward, Eurasian Crossroads: A History of Xinjiang, Columbia University Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0231139241, lire en ligne)
  • Tumen Jalafun Jecen Aku: Manchu Studies in Honour of Giovanni Stary, vol. Volume 20 of Tunguso Sibirica, Otto Harrassowitz Verlag, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 344705378X, lire en ligne)
  • The Cambridge History of Early Inner Asia, Volume 1, Cambridge University Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0521243041, lire en ligne)
  • A History of Inner Asia, Cambridge University Press, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0521657040, lire en ligne)
  • Xinjiang: China's Muslim Borderland, M.E. Sharpe, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0765613182, lire en ligne)
  • André Wink, Al-Hind the Making of the Indo-Islamic World: The Slave Kings and the Islamic Conquest : 11th–13th Centuries, vol. Volume 2 of Al-Hind: The Making of the Indo-Islamic World, BRILL, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 9004102361, lire en ligne)
  • André Wink, Al-Hind: The Slave Kings and the Islamic conquest, 11th–13th centuries, vol. Volume 2 of Al-Hind: The Making of the Indo-Islamic World, BRILL, [[[Modèle:Harvid|détail de l’édition]]] (ISBN 0391041746, lire en ligne)
  • Xue, Zongzheng (1998). Anxi and Beiting Protectorates: A Research on Frontier Policy in Tang Dynasty's Western Boundary. Harbin: Heilongjiang Education Press. (ISBN 7-5316-2857-0).